TV Replay

Publié par Aanil

France 2 diffuse, dan sla nuit du mardi 20 au mercredi 21 mai 2014 à 01 heure 10, le documentaire réalisé par Jean-Bernard Andro "Vous êtes en garde à vue".

La garde à vue est à un tournant de son histoire. Une réforme décisive, tout juste votée, s’installe dans la douleur. Pourquoi en est-on arrivé là ? Des citoyens ordinaires témoignent, en écho à leurs récits, un juge, un avocat, des policiers, un sociologue, apportent leur éclairage. Par leur nombre sans précédent, l’arbitraire des motifs, les expériences traumatisantes qu’elles font vivre, les gardes à vue en France sont devenues un problème majeur. Pourquoi tant de gardes à vue ? Pourquoi se passent-elles si souvent si mal ? La violence qu’elles engendrent est-elle inhérente à leur fonction ? Cet instrument de notre justice ne serait-il alors qu’une sombre survivance des méthodes de l’Inquisition ? Avec l’aveu pour finalité ? Où se situe le point d’équilibre entre respect des libertés fondamentales et efficacité de l’enquête ? La nouvelle loi, de plus en plus favorable aux gardés à vue, privera-t-elle les policiers de leur marge de manœuvre ? Ils s’en inquiètent, les tenants de la réforme argumentent. La garde à vue, traditionnel outil d’enquête, traverse une grave crise d’identité.

Intervenants :

  • Serge Portelli, magistrat. Vice-président au tribunal de grande instance de Paris, il est l’auteur de nombreux ouvrages très ancrés à gauche sur le droit, la justice et la politique. Ancien juge d’instruction, il s’est spécialisé sur la problématique de l’interrogatoire. Son dernier livre, paru en janvier 2011, est intitulé Pourquoi la torture ? (éditions Vrin)
  • Alain Mikowski, avocat au barreau de Paris. Président de la Commission libertés et droits de l'homme du Conseil national des barreaux, il a fait de la réforme de la garde à vue son cheval de bataille. Il est l’auteur, en collaboration, du point de vue paru dans Le Monde dès le printemps 2010 : Garde à vue : pour en finir avec l'hypocrisie.
  • Fabien Jobard, sociologue. Directeur du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (Cesdip), l’un des centres de recherches du ministère de la Justice, ce chercheur du CNRS est un spécialiste de l’institution policière. Il est l’auteur de nombreuses publications sur les rapports entre la police et les jeunes des cités ou les contrôles d’identité à Paris.
  • Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté. Conseiller d’Etat, ce haut fonctionnaire occupe ce poste créé en 2008 par le gouvernement Fillon. L’institution qu’il dirige est la seule en France à pouvoir pénétrer librement dans tous les lieux de garde à vue, commissariats de police et gendarmeries, et à apporter son regard critique. Ses rapports sont publics.
  • Xavier Bébin, délégué général de l’Institut pour la justice. Son association s’est fait connaître en 2007 en épaulant la famille d’Anne-Lorraine Schmitt, jeune fille assassinée dans le RER. Résolument du côté des victimes, l’Institut réunit 45 000 membres. Il se défend d’être sécuritaire et revendique une réflexion sur la justice.
  • Patrick Chariot, médecin légiste, toxicologue et alcoologue, il est professeur des universités et praticien hospitalier. Il travaille dans un hôpital de Seine Saint-Denis, où il assure l’examen médical des gardés à vue. Auteur, en 2004 de Garde à vue : réalités médicales, (éd. Glyphe), il a dirigé en 2010 la publication du Traité de médecine légale et de droit de la santé.
  • Sylvie Feucher, secrétaire générale du Syndicat des commissaires de la police nationale ; Patrice Ribeiro, secrétaire général de Synergie-Officiers ; Michel-Antoine Thiers, membre du bureau national du Syndicat national des officiers de police (SNOP). Ces responsables de trois grands syndicats de police aux orientations politiques divergentes racontent l’envers du décor. Ils expliquent comment les policiers, eux aussi, ne vivent pas bien l’explosion de la garde à vue, ni sa réforme, et ce, dans un contexte de manque de moyens chronique.
[France 2] Vous êtes en garde à vue

Commenter cet article