TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mercredi 28 mai 2014 à 20 heures 50, le film réalisé par Philippe Falardeau "Monsieur Lazhar".

Un réfugié politique est engagé comme professeur dans une école, après le suicide d’une enseignante. Unanimement salué par la critique et le public, un film du cinéaste québécois Philippe Falardeau qui aborde avec pudeur deux thèmes sensibles : le deuil et l’immigration. Avec l'humoriste Fellag, formidable dans le rôle principal.

Bachir Lazhar, un professeur suppléant, arrive dans une école primaire dans des circonstances tragiques. Une enseignante vient d’être retrouvée pendue dans sa salle de classe, pendant la récréation. Deux jeunes enfants ont eu le temps d’apercevoir le corps sans vie de leur maîtresse. Bachir Lazhar doit faire face au traumatisme des élèves et réussir à se faire accepter par tout le monde. Il y parvient vite car son désir d’intégration est grand, comme son amour pour son métier et les enfants. Mais il cache un secret. Pour cet immigré algérien sans papiers et sans famille, ce poste d’enseignant représente la seule chance de demeurer au Canada…

Pudeur

Monsieur Lazhar aborde avec pudeur deux thèmes sensibles : le deuil et l’immigration. Le film évite les écueils de l’œuvre à thèse car il ne quitte jamais le domaine de l’intime, grâce au destin singulier d’un homme à la personnalité hors du commun. Il est également remarquable par la manière dont il évoque l’enfance, à travers les réactions d’un garçon et d’une fille choqués par l’irruption brutale de la mort. Rarement depuis Truffaut un metteur en scène n’avait aussi bien compris et mis en scène des jeunes interprètes. Philippe Falardeau avait déjà fait preuve dans ses trois précédents films de beaucoup d’invention et de fantaisie. Il réalise avec Monsieur Lazhar son long métrage le plus accompli, merveille d’intelligence et d’émotion.

Avec : Fellag (Bachir Lazhar), Sophie Nélisse (Alice), Danielle Proulx (madame Vaillancourt), Brigitte Poupart (Claire Lajoie), Jules Philip (Gaston)

Monsieur Lazhar

Commenter cet article