TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "Reportages", TF1 diffuse, samedi 17 mai 2014 à 13 heures 20, les documents "Quatre saisons au commissariat central de Toulouse" et "Quatre Français au pays de Gengis Khan".


4 SAISONS AU COMMISSARIAT DE TOULOUSE
Un reportage d'Olivier Boucreux & Elodie Bonnes. Montage : Laurent Follea (Galaxie Presse)

Pendant quatre saisons nous avons partagé la vie quotidienne des policiers du commissariat central de Toulouse. Du printemps à l'hiver, nous avons accompagné Fred de la BAC, Laurent, Amine adjoint de sécurité, Christelle et Eladio au Quart - les "urgences" de la police", Philippe.... Entre coups et blessures, violences domestiques, vols à l'arraché, plaintes, délires alcooliques... des petites histoires parfois graves, parfois banales, choquantes ou drôles.... Qui ne font pas la une des journaux mais remplissent la vie de ces policiers quelle que soit la saison.

Un samedi du mois d'avril. Il y a du monde à l'accueil du commissariat central de Toulouse : les gens attendent pour porter plainte contre un voisin, un patron, un cambrioleur... Dans les couloirs du rez-de-chaussée, les bureaux de la brigade anti criminalité. Fred, 43 ans, est chef de groupe à la BAC jour. Avec lui, on est loin du cliché du cow-boy. " Quand on dit BAC, tout le monde s'imagine que c'est le Far West ! " Son truc, c'est plutôt la communication. Passé par Paris, puis Lyon, il est revenu dans sa ville natale pour le meilleur, et pour le pire. " Quand on parle de Toulouse, c'est Merah qui ressort... cela a marqué les esprits. Après l'intervention, je ne vais pas dire qu'il n'y avait plus d'âme mais presque... Surtout que des fonctionnaires de police avaient été visés. On sentait une petite psychose au sein du commissariat. Et puis la vie continue... "

C'est donc cette " vie qui continue " avec son lot de déceptions et de satisfactions que nous avons partagée pendant près d'un an. Nous avons marqué le temps avec eux, nous les avons filmés au commissariat, avant et après leurs départs en vacances, à des moments clefs de leur travail et de leur vie. 4 saisons, 5 policiers, parmi les 1200 basés à Toulouse, qui nous ont ouvert leur porte, et bien plus encore.

Fred de la BAC, à la tête d'une dizaine d'hommes, mais aussi Christelle, au Quart - les " urgences " de la police -, " il y a deux Christelle, c'est vrai. Quand je rentre chez moi, je ne suis plus la même, je me déleste de tout ça " ; Laurent le " nuiteux " (26 ans de service de nuit !) qui trouve que la police a changé " l'uniforme n'est plus respecté " et ne conseille pas ce métier à ses enfants ; Philippe le fan de rugby, préposé aux plaintes au petit commissariat de Bagatelle, une cité sensible. " Cela fait 13 ans que je suis là, j'en ai vu grandir plus d'un... " et Amine, le jeune adjoint de sécurité, en passe de devenir un " vrai " policier. " Moi j'ai envie d'entrer dans la police pour y rester le plus longtemps possible, toute ma vie ! "...

Arrestations, auditions dans des affaires de vols, confrontations, soirées alcoolisées qui tournent mal, conflits de voisinages, enterrement de vie de garçon qui finit en string et en garde à vue, violences conjugales, course poursuite avec un sanglier en pleine ville... De la fête de la musique à la soirée du jour de l'an, leur vie, loin des grosses affaires judiciaires, ne fait pas la une des journaux mais il est tout aussi choquant, violent, cocasse parfois, humain aussi. " On a un beau métier. Après, tout n'est pas rose, c'est vrai, mais on n'a pas à se plaindre. " Et ça, c'est un policier qui le dit, avec l'accent toulousain...


4 FRANCAIS AU PAYS DE GENGIS KAHN
Un reportage de Loraine Canayer, Vikram Singh & Julie Darde. Montage : Aurélie Sanner (Babel Press)

La Mongolie, un pays au nom évocateur de grands espaces, d'aventure et de chevaux sauvages... 150 Français sont installés dans ce pays grand comme trois fois la France et où la densité de population est la plus faible au monde. Nous avons suivi quelques-uns de ces Français, rêveurs et courageux : ils nous font découvrir leur Mongolie.

Maxime Pernel et Lolita Guyon vivent depuis deux ans aux côtés des éleveurs mongols. A peine leur diplôme d'ingénieur agronome en poche, ils quittent le confort occidental pour découvrir le mode de vie ancestral des nomades. " On a choisi de vivre à la mongole. On n'a pas l'eau courante, on va chercher l'eau au puits, on se chauffe avec le poêle à bois l'hiver quand il fait -35 degrés : on adore ça "

Yannick Quéguiner, un Breton des Côtes d'Armor a eu une drôle d'idée. A 60 ans, il a ouvert la première crêperie du pays. Grâce à la richesse de son sous-sol, le pays est aujourd'hui devenu pour certains un nouvel Eldorado. " Avant que j'arrive, il y avait encore des tickets d'approvisionnement pour la nourriture. Aujourd'hui il y a un gros potentiel pour ceux qui ont des idées. La Mongolie, c'est devenu un genre de petit Qatar ou de petit Singapour. "

Dans les steppes mongoles, nous avons également suivi Steven Dildarian, il est guide pour l'agence de voyage à moto d'Alexandre Zurcher. Pour leur première saison en Mongolie, ils sont en quête d'authenticité et de sensations fortes. " On roule sur des pistes au milieu de nulle part ! Je me sens en symbiose avec la nature, il y a des animaux partout, ici on ne peut que se sentir bien " Et ce ne sont pas leurs premiers clients, Français eux aussi, qui s'en plaindront.

Reportages - Quatre saisons au commissariat central de Toulouse / Quatre Français au pays de Gengis Khan

Commenter cet article