TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "360° Géo", ARTE diffuse, samedi 07 juin 2014 à 20 heures 00, le document "Florence, le foot dans le sang".

Florence, le foot dans le sang

Il est une tradition qui date de la nuit des temps, et à laquelle ne participent que les Florentins : le "calcio storico fiorentino", autrement dit le football florentin historique. Un jeu violent, viril, brutal, très populaire depuis la fin du Moyen Âge.

Berceau de la renaissance, Florence est visitée chaque année par des millions de touristes. Mais il est une tradition qui date de la nuit des temps, et à laquelle ne participent que les Florentins : le calcio storico fiorentino, autrement dit le football historique florentin. Un jeu violent, viril, brutal, très populaire à Florence depuis la fin du moyen âge. Les joueurs en costumes somptueux se mesurent selon des règles datant du XVIe siècle. Ils ne sont pas payés, leur notoriété est éphémère. Ce qui compte pour eux, c'est d'être un jour les héros (et les hérauts) de leur quartier.

360°- GEO dévoile une face inconnue de la capitale toscane. Chaque année en juin, les hommes les plus courageux et les plus forts de Florence se réunissent en livrées fastueuses sur la piazza Santa Croce pour jouer au foot. Quatre équipes représentent les quatre quartiers médiévaux de Santa Croce, Santa Maria Novella, Santo Spirito et San Giovanni. Cette année, Biagio Cingolani est à la tête des rouges et Marino Vieri à la tête des blancs. Les joueurs de calcio storico fiorentino sont tous des sportifs accomplis : ils pratiquent le rugby, la boxe ou d'autres sports de combat, car le foot à la sauce florentine est un peu un mélange de tout cela. Les règles sont quasiment inexistantes, les bagarres sont certes interdites, mais pour les non-initiés, le spectacle est à déconseiller aux âmes sensibles : au calcio storico, les corps à corps sont presque toujours brutaux et sanglants. Les joueurs se tirent, se battent, s'envoient des coups de poing au visage, luttent à terre, chauffés à blanc par les cris enthousiastes des spectateurs. Hormis une passion commune pour ce jeu, Marino et Biagio n'ont pas grand-chose en commun - l'un est entrepreneur, l'autre poseur de mosaïques. Les médecins et avocats pratiquent aussi ce sport brutal - mais la majorité des joueurs est de loin composée d'artisans. Il faut être animé par la volonté d'en découdre, explique Biagio. « Enfant, je regardais jouer tous ces costauds et baraqués et je me demandais si un jour je serais moi-même sur le terrain. J'ai essayé et j'ai dû affronter mes peurs. C'est très dur au début, mais une fois que tu as surmonté les premières difficultés, tu joues au plus beau jeu du monde, et ça, ça n'existe qu'à Florence. »

360° Géo - Florence, le foot dans le sang

Commenter cet article