TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, lundi 14 juillet 2014 à 20 heures 50, le film réalisé par Luigi Comencini "Le grand embouteillage".

Un jour et une nuit à l'arrêt sur un tronçon d'autoroute embouteillé... Une comédie très noire de Luigi Comencini, servie par une pléiade de grands acteurs : les Italiens Alberto Sordi, Marcello Mastroianni et Ugo Tognazzi, la Française Annie Girardot accompagnée du trio des "Valseuses" (Patrick Dewaere, Miou-Miou et Gérard Depardieu) et les Espagnols Fernando Rey et Angela Molina.

Sur une autoroute près de Rome, un embouteillage gigantesque se forme. Bloqués sur place, les automobilistes font face chacun à leur manière à la situation. Le stade de la première exaspération passé, chacun s'efforce de tirer parti de la situation…

Monument de noirceur

Le film prend pour point de départ une réalité : les énormes embouteillages qui paralysent le trafic routier à l’entrée de Rome, pour déboucher sur une vision cauchemardesque de la société italienne et du monde moderne en général. Industriels, intellectuels, artistes, petits-bourgeois ou prolétaires, tous pris au piège et obligés de cohabiter dans leurs voitures, laissent éclater leur médiocrité et pire, leur ignominie. Luigi Comencini, cinéaste pourtant réputé pour son humanisme, signe un monument de noirceur. À tel point que « Le Grand Embouteillage » n’a plus grand-chose à voir avec la comédie et se transforme progressivement en fable apocalyptique dans laquelle le cinéaste dépeint avec pessimisme les travers de l'Italie de la fin des années 1970. Un film culte qui réunit une pléiade de vedettes européennes dans des rôles à contre-emploi : les habitués de la comédie italienne Sordi, Mastroianni et Tognazzi, la Française Annie Girardot accompagnée du trio des « Valseuses » (Patrick Dewaere, Miou-Miou et Gérard Depardieu) et les Espagnols Fernando Rey et Angela Molina, acteurs fétiches de Buñuel.

Avec : Alberto Sordi, Annie Girardot, Marcello Mastroianni, Ugo Tognazzi, Fernando Rey, Patrick Dewaere, Angela Molina, Gérard Depardieu

Le grand embouteillage

Commenter cet article