TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "Reportages", TF1 diffuse, samedi 27 septembre 2014 à 13 heures 20, les documents "Faites vos jeux !" et "Secrets de famille, le poids du passé".


FAITES VOS JEUX

Un reportage de Sigrid Clément et Sylvie Aguirre (Galaxie Presse)

Les Français sont joueurs. Jeux de tirage, de grattage, casinos, paris sportifs ou hippiques... près de la moitié d'entre nous joue. Le plus souvent, nous n'empochons que des petites sommes, quand nous ne perdons pas tout simplement nos mises, mais pendant que nous croisons les doigts en rêvant de décrocher le jackpot, nous vibrons, nous palpitons et pour les joueurs que nous sommes, ce plaisir-là n'a pas de prix !

" Ce qui me plait dans le jeu c'est le risque. Je ne joue pas forcément les favoris. Je préfère jouer l'outsider qui va rapporter plus s'il rentre ! J'ai du mal à aller voir une course à pari mutuel sans jouer ! " explique Thierry. Au volant de son camping-car, ce parieur assidu se déplace sur la quinzaine de cynodromes que compte notre pays pour assister à un spectacle que peu d'entre nous connaissent : les courses de lévriers. Sitôt le leurre mécanique lâché en bord de piste, les chiens s'élancent à sa poursuite, sous les cris et les encouragements du public. Pas besoin de jouer gros pour apprécier, ici les mises commencent à 2 euros mais dans les gradins, la passion est palpable ! " Au premier virage là-bas, c'est mortel ! C'est là que tout se joue, vous arrivez à 6 dans ce virage ! Ils veulent tous la corde, tous se rentrent dedans et c'est là où vous avez besoin de la chance ! Vous dites j'ai joué le 2 ? Si le 2 sort du peloton c'est gagné ! "

Autre jeu mais même passion pour Clarisse qui a équipé en grande partie sa maison avec les lots remportés lors de parties de lotos bingos : " C'est simple, je bosse pour que le temps passe vite, que le week-end arrive et que je puisse partir à mon loto ! ". Patrick, son mari tient les comptes : " elle joue 2 parfois 3 fois par semaine, le vendredi soir, le samedi soir et le dimanche à midi. Si on fait le calcul depuis 5 ans qu'on joue, on a gagné à peu près 15 ou 16.000 euros ". Clarisse est capable de faire des centaines de kilomètres pour se rendre à ses lotos et assouvir sa passion. Comme elle, ils sont nombreux à sillonner l'Alsace chaque week-end. Clarisse y retrouve ses copines. Ensemble, elles ne manquent jamais de détailler les lots mis en jeux et de rêver tout haut. Aujourd'hui une voiture est en jeu ! " En plus elle est rouge ! Et tout ce qui est rouge c'est moi qui gagne ! Et je veux l'ordinateur encore en plus ! Je veux un peu beaucoup... non ?! "

Chez Xavier et Nathalie, on vibre pour les courses hippiques. La passion se transmet en famille et se vit à l'hippodrome : " On va les voir au rond, on se dit waouh, il est trop beau ce cheval, j'ai envie de miser dessus ! ". Pour Alain et ses copains, le rendez-vous, c'est au café PMU chaque week-end " Ça reste assez sympa parce qu'on n'a pas des payes de ministres non plus ! Et après quand on gagne on est contents ". Mais il est aussi possible de jouer de chez soi ! De plus en plus de parieurs jouent sur Internet. Comme Sophie, mordue des courses depuis 3 ans. " Je n'aurais jamais pensé que ce serait un loisir qui me viendrait et pourtant ! J'essaye de trouver les meilleurs chevaux, les bons pronostics. Et c'est vraiment ce qui m'intéresse ! Mais ça prend quand même 2 à 3 heures de recherches chaque jour ".

Les 200 casinos de France font rêver un tiers des Français parmi lesquels Raymond et Ginou qui les fréquentent depuis 20 ans chaque semaine, ou Jacques pour qui les machines à sous n'ont plus aucun secret " Vous voyez, j'ai une astuce quand je viens dans un casino, je touche le siège, là il est encore chaud, donc je sais que les gens ont mis beaucoup d'argent dedans ! "

SECRETS DE FAMILLE, LE POIDS DU PASSE

Un reportage de Viviane Contri, Christophe Maizou et Pascal Epée. Montage : David Mutzenmacher (Editel)

Double vie, enfant caché ou illégitime, chaque famille recèle des secrets, plus ou moins bien gardés, mais qui finissent toujours un jour par éclater. Par honte, douleur ou culpabilité, ces secrets de famille sont souvent tus sur plusieurs générations. Née sous X, Anne cherche ses origines et sa mère biologique. Anne-Marie a découvert à l'adolescence que son père était prêtre et sa mère bonne soeur. Virginie a appris lors d'une dispute que celui qu'elle croyait être son père, ne l'était pas.

Anne 31 ans, d'origine sénégalaise est née sous X et recherche désespérément ses origines. Dans son procès-verbal d'abandon, quelques éléments sur son histoire mais rien sur sa mère biologique " J'ai l'impression de ne pas être quelqu'un de bien, de ne pas avoir de valeur, puisqu'on m'a laissée, abandonnée " Pour l'accompagner elle peut compter sur l'aide de sa mère adoptive, Pauline. Une psychanalyste parisienne tente de lui faire envisager différemment cet abandon. Une rencontre émouvante avec l'assistante sociale qui a reçu sa mère et un travail de terrain dans la communauté sénégalaise de Mulhouse porteront leurs fruits, puisque 15 jours après le tournage, Anne a retrouvé sa mère de naissance. " Elle a dit " c'est ma fille ! " et tout le poids que je portais s'est envolé, elle n'a pas eu besoin de parler, j'ai senti tout son amour ! "

Anne Marie, 63 ans, a découvert à 16 ans que son père était prêtre et sa mère bonne-soeur. " J'étais l'enfant du péché, la marque de la transgression de mes parents " Pour en finir avec le tabou de cette filiation, depuis Voirons en Isère, elle milite contre le célibat des prêtres et aide les enfants de ces couples illégitimes dans son association " Les enfants du silence ".

Comme Léa, qui témoigne de façon anonyme car elle vit toujours dans le plus grand secret. " Il n'y a pas mon nom sur ma boite aux lettres, ni sur ma porte, personne n'est au courant, ma famille vit dans le déni et moi dans la souffrance " " On m'a tellement dit que j'étais l'enfant du diable que je ne m'autorise pas à avoir une vie comme tout le monde, à aimer un homme ou à avoir des enfants, car je ne devrais pas exister. "

Virginie, 36 ans, habite à Cognac. Elle a appris à 10 ans lors d'une dispute avec sa mère que l'homme qui l'avait élevée, n'était pas son père biologique. Face au refus de sa mère de lui donner des réponses, elle se tourne vers sa grand-mère maternelle qui lui révèle l'identité de son père biologique et les circonstances de sa naissance. " Tout le monde savait, ma famille, mon entourage, les voisins. J'étais entourée de menteurs. Et si mon père n'était pas mon père, qu'est-ce qui était vrai dans ma vie ? " Aujourd'hui, grâce aux réseaux sociaux, Virginie sait tout de son père biologique, mais refuse de sauter le pas pour le rencontrer et risquer de bouleverser à nouveau l'ordre qu'elle a mis dans cette partie de sa vie. Maman d'une petite Emma, 4 ans, elle ne veut pas faire porter à sa fille le poids de ce secret. " Je refuse que ce secret passe de génération en génération. Je lui en parlerai quand elle pourra comprendre. Le secret s'arrête avec moi ".

 

Reportages - Faites vos jeux ! / Secrets de famille, le poids du passé

Commenter cet article