TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "Reportages", TF1 diffuse, dimanche 26 octobre 2014 à 13 heures 30, les documents "Les reines de la truffe" et "Ma correspondante américaine et moi".

 

LES REINES DE LA TRUFFE
Un reportage d'Eric Wastiaux et Matthieu Lépine. Montage : Eric Suard et Alexandre Gosselet (Productions du Moment)

Il est des diamants qui ne sont pas éternels... les truffes, connues des spécialistes sous leur nom latin Tuber melanosporum. Odeur de terre, parfum enivrant... râpé sur une " vulgaire omelette "... cet extraordinaire champignon anoblit ou sublime les recettes les plus simples. Ce reportage part à la rencontre de ces hommes et de ces femmes qui se damneraient pour ces champignons ensorceleurs.

En Touraine, Patrick Monier et son épouse Marion ont fait de la truffe une source de revenus. Ce sont les plus importants trufficulteurs de la région. Dénicher des truffes, c'est devenu le quotidien de Marion. Pourtant, rien ne la prédestinait à une telle vie. Si Patrick a repris cette culture initiée par son père, Marion, elle, a grandi en plein coeur de la capitale et travaillait dans la politique : " J'ai découvert la truffe en me mariant... et maintenant, j'ai les mains dans la terre six heures par jour, mais c'est ma passion ". C'est la fin de la saison et ils s'empressent de terminer une commande urgente : trouver quatre kilos de truffe à expédier aux Etats-Unis. Car en effet, l'engouement pour la truffe semble désormais bien dépasser les frontières françaises.

Sur les meilleures tables de New York, ces pépites valent une fortune : dans le restaurant Per Se, considéré comme une des fines adresses américaines, une brouillade à la truffe noire de Provence coûtera 175 euros... Céline Labaune est l'une des importatrices françaises de truffes aux Etats-Unis. Dans son bureau new yorkais, elle a dû refaire toute l'isolation car l'odeur des truffes incommodait les entreprises de l'immeuble. " A l'ouverture des emballages sous vide venus de France, le parfum de la truffe noire peut faire penser à du gaz, mais plus subtilement, il doit être un mélange de terre et de chocolat ". Il y a quelques années, Céline a fait le pari qu'après son vin, son fromage et son foie gras, la France pouvait tenter une percée en Amérique avec la truffe. Mais pour initier les palais new yorkais aux subtilités de ce champignon complexe, encore fallait-il trouver des alliés. Et elle en a trouvé un en la personne de Daniel Boulud : le plus célèbre chef français de New York. Son restaurant 3 étoiles fut l'un des tout premiers clients de Céline et son meilleur ambassadeur. " C'est la seule femme qui sent la truffe ! " s'amuse Daniel, en nous montrant le plat qui a popularisé la truffe à New York : un hamburger hybride aux truffes et foie gras.

Dans le Sud-Est de la France, des pépiniéristes des Hautes Alpes se sont spécialisés dans la mycorhization, le procédé qui permet de reproduire les truffes. " Aujourd'hui, 95% des truffes vendues sont issues de culture de plans mycorhizés " explique Christine Robin. Les procédés de culture de la truffe n'ont cessé de s'améliorer, mais la part du hasard et les caprices de la truffe font que leur rendement reste aléatoire. En Drôme provençale, la famille Chabert a investi dans un domaine et planté une trentaine d'hectares de chênes truffiers. Après un succès familial dans le nougat à Montélimar, Didier Chabert a préparé pendant dix ans cette audacieuse reconversion dans la truffe. Il a dressé 6 chiens, planté 5000 arbres, installé un labo. Cependant, les grandes moissons se font attendre. Les Chabert ne récoltent pour l'instant que 10 petits kilos par an. " Dans 5 ou 10 ans, il est certain que nous aurons d'importantes récoltes ". Car malgré tous les efforts et les procédés savants, la truffe reste capricieuse, elle se développe sous terre de façon encore assez mystérieuse, ce qui fait tout son charme ... et son prix !

MA CORRESPONDANTE AMERICAINE ET MOI

Un reportage de Grégoire Guist'hau et Renan Hellec. Montage : Julien Prat (Ouest Info)

Clara, une jeune Nantaise de 15 ans, s'apprête à quitter le cocon familial pour un séjour de deux semaines aux Etats-Unis avec un groupe d'élèves de son lycée. Sur place, dans la ville de Charlotte en Caroline du Nord, elle va vivre aux côtés d'Anna, sa correspondante, avec laquelle elle a eu quelques contacts par Internet. Les découvertes procurent de la joie mais l'éloignement n'est pas toujours facile à vivre pour ces jeunes : comment ces adolescents vivent-ils le premier grand voyage de leur vie dans une culture inconnue ?

" Je trouve ça génial, c'est super ! Elle sera allée aux Etats-Unis avant son père... " A quelques heures du départ de sa fille, le papa de Clara est partagé entre l'inquiétude de laisser partir son adolescente et la joie de la voir prendre son envol pour ce séjour outre-Atlantique. Myriam, la maman, se concentre sur les bagages.

5 heures du matin, aéroport de Nantes Atlantique, voici venu le temps des adieux. Dans l'avion, Christophe Biesse, professeur d'anglais et grand organisateur du voyage confie : " Le moment où ils vont se rencontrer sur place à l'aéroport est un peu crucial, ils ne savent pas quoi dire, ils sont un peu hébétés, fatigués en plus par ce long voyage ". Effectivement, l'arrivée à Charlotte est un choc pour les lycéens : l'accueil par les Américains se fait dans une cacophonie et des embrassades dont les Français se souviendront !

" Si on avait ça en France ! C'est trop bien ! " Erwan et ses copains n'en reviennent pas : ces adolescents font partie du groupe de Clara et la visite de l'école de leurs correspondants les laisse rêveurs... Il faut dire que l'établissement haut de gamme accueille les enfants des avocats et des financiers de la ville : le prix de la scolarité est élevé, environ 25.000 dollars par an ! Alors forcément, les jeunes y sont choyés. Clara va ainsi partager le quotidien d'Anna, sa nouvelle amie américaine. " Ils ont cours, mais après, ils ont tout de suite plein d'activités ! C'est trop différent de chez nous, ça donne envie de vivre ici, tout a l'air mieux, plus grand ! "

Le groupe de Nantais s'offre même une balade de deux jours à Charleston, une ville côtière en Caroline du Sud. Là, Erwan et ses amis en profitent pour réaliser le rêve de tout adolescent : manger des hamburgers typiquement américains. " La France ne te manque pas trop ? ", Maxime répond en sirotant son soda : " Non, non ! Peut-être qu'au bout de deux semaines j'aurai envie de rentrer... mais pour l'instant ça va ! "

Quelques mois plus tard, c'est au tour de Clara d'accueillir Anna dans sa famille à Nantes. Un séjour au cours duquel les adolescentes vont renforcer leurs liens. Les virées shopping dans le centre-ville sont plus appréciées par les adolescentes américaines que les cours de mathématiques !

Reportages - Les reines de la truffe / Ma correspondante américaine et moi

Commenter cet article

gourmince 26/10/2014 15:22

qui est ce jean louis dans la dedicace de fin