TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mercredi 19 novembre 2014 à 20 heures 50, le film réalisé par Andrea Segre "La petite Venise".

Sur fond de lagune vénitienne, l’amitié entre un vieux pêcheur d’origine yougoslave et une jeune Chinoise... Entre tendresse et préjugés, la mondialisation côté soleil couchant. Le premier long métrage de fiction d'Andrea Segre, un réalisateur remarqué pour ses documentaires.

Fraîchement débarquée de Chine, Shun Li est transférée à Chioggia, petite île de la lagune vénitienne, étonnamment préservée du tourisme de masse. La jeune femme commence à travailler comme serveuse dans une taverne et espère obtenir des papiers pour faire venir son fils de 8 ans, resté au pays. Bientôt, elle se lie d’amitié avec Bepi, vieux pêcheur d’origine yougoslave, que ses amis surnomment le Poète...

Ancien et nouveau monde

Chronique plus douce qu’amère de la mondialisation, le film conte d’abord l’histoire d’une rencontre, entre amitié et amour, de deux êtres déracinés : d’un côté un homme vieillissant, venu d’une Europe crépusculaire ; de l’autre, une jeune femme, immigrée vaillante, en quête d’une vie meilleure pour son enfant, qui incarne en creux le dynamisme de la Chine contemporaine. Tous deux se retrouvent dans une même inclination pour la poésie. Autour d’eux, entre lumières dorées, ruelles humides, bistrot hanté par quelques habitués et bougie flottante jetée à la mer, le réalisateur, lui-même d’origine vénitienne, peint par touches délicates la confrontation des communautés italienne et chinoise. S’observant avec une incompréhension teintée de méfiance, l’une et l’autre s’opposent à l’affection naissante entre Shin Li (Tao Zhao, bouleversante de discrète sensibilité) et son ami slave. À partir de cette trame sociale, c’est tout le charme du film de naviguer avec grâce entre réalisme et fable, sur les eaux sombres de la lagune.

Avec : Zhao Tao, Rade Sherbedgia, Marco Paolini, Roberto Citran, Giuseppe Battiston, Wang Yuan

La petite Venise

Commenter cet article