TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mercredi 28 janvier 2015 à 20 heures 50, le film réalisé par David Cronenberg "A dangerous method".

Un trio très freudien pour ce drame sensuel et psychologique signé David Cronenberg. Une passionnante biographie de deux figures de la psychanalyse, Carl Jung et Sigmund Freud, incarnées avec finesse par Michael Fassbender et Viggo Mortensen.

À l’orée de la Première Guerre mondiale, le monde balbutiant de la psychanalyse est divisé entre pro et anti-Sigmund Freud. Considéré par beaucoup comme un charlatan, il est tout de même révéré par l’un de ses jeunes confrères, Carl Jung. Alors qu’une jeune femme russe souffrant d’hystérie est admise dans son hôpital, ce dernier voit en elle le meilleur cas possible pour attirer l’attention du psychanalyste. Freud et Jung entament alors une relation professionnelle et amicale exaltante. Mais rapidement, Sabina Spielrein outrepasse son statut de patiente et devient la maîtresse du jeune docteur.

Complexe d’Œdipe

L’intelligence du film de Cronenberg, dont le cinéma a toujours été influencé par la psychanalyse, est de placer ses personnages au centre de leur propre sujet d’étude. Ouvrant la voie à la psychanalyse contemporaine, Freud, très finement interprété par Viggo Mortensen, est bien sûr fasciné par le sexe. Quant à Carl Jung, rôle qui a contribué à imposer le talent de Michael Fassbender, il respecte mais rejette les théories de son aîné, puis finit par avoir une liaison avec sa patiente. Le complexe d’Œdipe, au centre de l’intrigue, ronge les relations des trois personnages, qui étudient leurs névroses sans vraiment les accepter pour eux-mêmes. Comme le dit Fassbender : "Seul un médecin blessé peut faire guérir." Cronenberg délaisse la partie la plus violente de son cinéma pour se concentrer sur un autre thème chéri : les névroses et phobies de la société occidentale, avec un retour aux sources de haute volée.

Avec : Keira Knightley, Viggo Mortensen, Michael Fassbender, Vincent Cassel, Sarah Gadon, André M. Hennicke

A dangerous method

Commenter cet article