TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "Reportages", TF1 diffuse, samedi 03 janvier 2015 à 13 heures 20, les documents "Et si on échangeait nos maisons !", "Il a neigé sur Montréal" et "Il n'y a pas d'âge pour s'aimer".

 

ET SI ON ECHANGEAIT NOS MAISONS ?
Un reportage d'Anastasia Sampsidis et Pierre Lascar. Montage : Nicolas Rey (Press & Co)

Partir en vacances sans se ruiner, découvrir le monde... c'est possible en échangeant sa maison ou son appartement. De nombreux sites proposent ce type de troc. Néophytes, Rachel et Dominique laissent, avec une certaine appréhension, leur maison avec piscine contre un appartement à Paris, Jean-Paul et Céline confient pour la première fois leur péniche à des Américains. Francine et Daniel, eux, sont des habitués... Depuis 25 ans, grâce aux échanges, ils ont fait le tour du monde.

A quelques kilomètres d'Avignon, Rachel et Dominique organisent les derniers préparatifs avant leur grand départ en vacances. Pour la première fois il vont échanger leur maison pendant 15 jours contre un appartement parisien. Prêter sa maison à un étranger est une grande source d'angoisse pour ce fonctionnaire de 44 ans qui a bâti sa maison de ses propres mains. Cette maison est l'histoire de sa vie et il y tient plus que tout. " Pour moi c'est une infidélité, j'ai l'impression que j'ai fait une infidélité... il m'a fallu entre 2 et 3 ans pour être sûr que j'arrive à passer le cap ".

Grâce à l'échange de maisons qu'ils pratiquent depuis 25 ans, Francine et Daniel, eux, ont fait le tour du monde. " on leur fait entièrement confiance comme eux nous font confiance, c'est réciproque." Ces ouvriers à la retraite n'auraient jamais pu voyager autant s'ils n'échangeaient pas leur maison plusieurs fois par an. Cet été, ils se rendent à Barcelone pour leur 28ème échange " on connait bien cette formule et il n'y a vraiment aucune appréhension. Ce mode de vacance est fantastique ! " Dans leur maison à Epinal, tout est fait pour accueillir les Espagnols qui habiteront chez eux pendant deux semaines : des étiquettes avec le mode de fonctionnement sur tout l'électroménager, un livret d'explications sur l'organisation de la maison, des brochures contenant les activités de la région, et le tout en français et en anglais !

Jean-Paul et Céline, pour leur part, s'apprêtent à confier pour la première fois leur maison à des Américains.... Un lieu qui a eu beaucoup de succès dès qu'ils l'ont inscrite sur le site d'échanges, puisqu'il s'agit d'une péniche. " la péniche est tellement grande, pour les étrangers qui viennent il y a beaucoup de chose à expliquer " précise Cécile. Les heureux élus, Richard et Julia, leur confient leur maison de Floride pendant trois semaines. "Ca fait un peu bizarre de se dire qu'ils vont habiter chez nous pendant qu'on y sera pas " avoue Fanny. Pour faciliter les choses, les familles vont passer une journée ensemble à Paris. "C'est rassurant d'une certaine façon d'avoir rencontré les gens, de les avoir vu physiquement"

IL A NEIGE SUR MONTREAL
Un reportage de Pierre-Alexandre Biasutti. Montage : Valérie Mérie (Galaxie Presse)

Au Québec, chaque hiver, c'est le même refrain : températures polaires, jusqu'à moins 40 degrés, près de 3 mètres de neige accumulée dans les villes... Pour que la météo ne paralyse pas ses 8 millions d'habitants, le Québec déploie des moyens hors normes... Et quand la tempête menace, c'est la course contre la montre !

" À Montréal, il n'y a jamais une autoroute fermée à cause d'une précipitation... C'est blanc blanc blanc... terriblement glissant ! Mais aucun problème pour rouler à 85 kilomètres à l'heure ". Comme tous les Québécois, Denis ne se laisse pas impressionner par les tempêtes de neige. Il est chef des opérations sur l'autoroute qui traverse Montréal. Quand la neige menace la circulation, Denis sort la grosse artillerie " si ça tombe comme ça encore une heure, va falloir passer les chasse-neige ". À chaque tempête, des engins de toutes les tailles envahissent Montréal : une démonstration de force qui étonne toujours Marc le Français " la souffleuse ? Elle fait 600 chevaux...c'est du matériel de guerre...les roues cassent la neige et la souffleuse la propulse dans le camion...ça charge en continu et toute la nuit, c'est impressionnant ce ballet de camions " Marc vit au Québec depuis 4 ans. Lutter contre la neige, il en a fait un métier. Avec sa pelle et son camion, il déneige les particuliers " j'ai 12 clients réguliers, à chaque fois qu'il tombe 5 centimètres de neige, je m'engage à venir déneiger ".

Déneiger, c'est aussi une question de sécurité. À l'aéroport de Québec, Eric le chef de piste, slalome entre les avions avec son 4x4 : " On va vérifier si c'est glissant avant l'atterrissage des avions " Il teste l'adhérence du tarmac, à grand coup de frein : " On fait 18 freinages le long de la piste... Au-dessus de 0.40 c'est très bon comme coefficient de friction... c'est une mesure canadienne qu'on donne aux avions, ça aide le pilote à prendre sa décision quand il arrive pour atterrir... ". Et pour garder une piste bien lisse, Mélanie conduit des camions-balais " le but c'est d'écarter la neige, la balayer et retrouver l'asphalte pour que les avions atterrissent en toute sécurité... l'enjeu est très important, il y a beaucoup de monde dans les avions... si nous n'étions pas là, les avions ne pourraient pas atterrir. "

Le froid attaque sur tous les fronts. Sur la route, dans les airs mais aussi sur l'eau. Pendant 3 mois, le fleuve Saint-Laurent se transforme en glacier. Deux fois par jour un hélicoptère le survole. Dans la tour de contrôle du fleuve, Stacy compare les cartes avec ses images de vidéosurveillance " Entre Québec et Montréal, on a un réseau de caméras qui nous permet de suivre le mouvement des glaces... on peut constater visuellement que la glace se forme... Il faut qu'elle bouge, faut pas qu'elle encombre le passage des navires... " Quand la glace devient un piège pour les bateaux, Stacy fait appel à un monstre d'acier... le Pierre Radisson. À la barre : le commandant Stéphane Julien " La mission, c'est d'escorter un navire pas très puissant. On va lui faire passer un endroit difficile... le brise-glace va faire un passage mais ça se referme rapidement, il faut garder le navire à l'arrière de nous... tout près... sinon il risque de se prendre dans les glaces... "

IL N'Y A PAS D'AGE POUR S'AIMER

Un reportage de Charles Bernard et Bertrand Rubé. Montage : Luca Bergamaschi (Adrénaline)

En France les personnes âgées sont de plus en plus nombreuses, mais se retrouvent souvent seules. Comment rompre leur solitude et leur permettre de transmettre leur expérience, de se rendre utiles. Des associations réunissent étudiants et séniors sous le même toit. Le mariage d'une crèche et d'une maison de retraite redonne le sourire à ses résidents. Frank a construit sa maison autour d'un rêve : installer à ses côtés ses parents et sa belle-famille. Autant de projets qui prouvent qu'il n'y a pas d'âge pour s'aimer.

A Tourcoing une maison de retraite et une crèche ne font qu'une et réunissent retraités et petits enfants. L'un de ses pensionnaires, Monsieur Loeille, est enchanté de cette cohabitation qu'il estime presque vitale : " On ne peut pas se couper de la vie, ou alors on se laisse aller et c'est moche. La vie elle doit toujours continuer, il faut avoir de l'espérance. Et eux, les enfants, ils nous donnent de l'espérance ".

Toujours dans le Nord, près de Lens, Frank a décidé d'installer sous son toit, ses parents et ses beaux-parents. Une étape nécessaire pour lui et sa femme, qui espèrent montrer l'exemple à leurs enfants : " On espère que ce qu'on a fait et montré à nos enfants, un jour, ça puisse aussi nous revenir...qu'ils puissent se dire on va garder un p'tit coin dans la maison pour nos parents, pour qu'ils puissent rester là et qu'on puisse les entourer tout simplement. "

Enfin dans la région parisienne Monsieur Pochon, 92 ans, ancien avocat, loge gratuitement dans son appartement un jeune étudiant, en échange de quelques petits services mais surtout de sa compagnie. Et si Mr Pochon apprécie beaucoup la présence de Félix, ça lui permet aussi de rassurer sa famille : " Félix, j'ai demandé à ce qu'il vienne parce que je voulais avoir quelqu'un qui rassure mes enfants sur ma santé et ma sécurité. Au-delà de la sécurité c'est un garçon qui est très attentionné, très délicat, pas très bavard au début mais qui l'est beaucoup plus maintenant. Ça a changé ma vie. Ça m'a apporté une vie nouvelle. "

Reportages - Et si on échangeait nos maisons ! / Il a neigé sur Montréal / Il n'y a pas d'âge pour s'aimer

Commenter cet article