TV Replay

Publié par Aanil

ARTE propose, samedi 21 février 2015 à 18 heures 35, le magazine d'information "Arte Reportage".

Magazine d'actualité internationale, "ARTE Reportage" propose un rendez-vous de 52 minutes pour regarder le monde en face et comprendre les grands enjeux de la planète.

Dresde : l’Allemagne divisée

Pour comprendre l'ampleur du mouvement réactionnaire allemand Pegida, il faut s'interroger sur la ville où tout a commencé, Dresde.

La ville est située dans le Land de Saxe, dans l’ancienne RDA marquée par l’omniprésence de l’Etat où l’engagement social était plutôt malvenu et le débat public relégué à la sphère privée. On ne captait ni la radio, ni la télévision ouest-allemande à Dresde.

Né sur les réseaux sociaux, Pegida n’est pas un parti politique, mais plutôt un mouvement populaire sans structure établie, dont les positions xénophobes rencontrent un succès croissant.

Depuis le mois de décembre, Pegida divise la ville et l’Allemagne, chacun se prononçant pour ou contre. Majoritaires dans toutes les villes d’Allemagne sauf à Dresde, les anti-pégidistes réunissent chaque lundi environ 100 000 personnes à Berlin, Munich, Cologne ou Leipzig contre l’islamophobie.

Burkina Faso : vigilance citoyenne

En octobre dernier, la rue burkinabaise a eu raison de son Président, Blaise Compaoré, en place depuis 27 ans. Ce dernier voulait se maintenir au pouvoir en modifiant la Constitution… Des dizaines de milliers de personnes ont investi l’Assemblée Nationale et les hauts lieux du pouvoir.

L’armée a laissé faire. Blaise Compaoré s’est exilé, un gouvernement de transition a été mis en place, de nouvelles élections auront lieu le 11 octobre prochain. Une révolution « tranquille », une insurrection populaire qui a fait « seulement » une trentaine de victimes.

Une insurrection lancée, en grande partie, par « le balai citoyen », un mouvement de la société civile animée par des artistes, des chanteurs comme Smokey ou Sams’k le Jah. La campagne pour l’élection présidentielle est lancée, trois candidats civils sont en lice avec autour d’eux, quelques militaires prêts à se lancer dans la bataille. Le « balai citoyen » reste à l’écart avec un mot d’ordre : vigilance. Pas question de se laisser déposséder d’une « révolution tranquille » qui a fait l’admiration de tout le continent africain. Pour preuve, les lecteurs de l’hebdomadaire Jeune Afrique ont fait de l’automne burkinabais l’évènement le plus important de 2014.

Arte Reportage (21 février 2015) - Dresde : l’Allemagne divisée / Burkina Faso : vigilance citoyenne

Commenter cet article