TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, samedi 21 février 2015 à 20 heures 50, le documentaire réalisé par Wilfried Hauke "Le dernier combat de Bismarck".

Allemagne, mars 1890. Otto von Bismarck fête ses 75 ans dans quelques jours. Depuis des décennies, l'homme politique préside aux destinées du pays : cela fait près de vingt ans qu'il est le premier chancelier du nouvel Empire allemand, dont il a activement favorisé l'unification. Malgré tout, le "Chancelier de fer" est la cible de critiques de plus en plus nombreuses...

Allemagne, mars 1890. Otto von Bismarck fête ses 75 ans dans quelques jours. Depuis des décennies, l'homme politique préside aux destinées du pays : cela fait près de vingt ans qu'il est le premier chancelier du nouvel Empire allemand, dont il a activement favorisé l'unification. Parallèlement, Bismarck occupe le poste de ministre-président du royaume de Prusse depuis 1862. Malgré tout, le "Chancelier de fer" est la cible de critiques de plus en plus nombreuses. Après les victoires éclatantes qu’il a offertes à sa patrie, sa politique est désormais qualifiée de passéiste et de trop "timide". Pire : Bismarck est maintenant en conflit ouvert avec le nouvel empereur Guillaume II, qu’il juge immature, vaniteux et peu intelligent. L'heure pour le chancelier d’une retraite bien méritée ? Absolument pas ! Bismarck a peur pour l'avenir de la paix en Europe et s'accroche au pouvoir. Pourtant, le 15 mars, le jeune Guillaume II le contraint à démissionner.

Aube et crépuscule

Dès le lendemain de sa mise au placard, Otto von Bismarck entreprend de rédiger ses mémoires. Le vieux briscard veut laisser à la postérité le souvenir des réussites glorieuses qu’il s’attribue tout en passant sous silence ses échecs et ses erreurs. Le documentaire, très instructif, relate les dernières années du chancelier, mort en 1898, et revient également sur une enfance où pointait déjà son esprit rebelle. En s'attardant sur cette partie de la vie de Bismarck, Wilfried Hauke nous permet de mieux appréhender une personnalité marquée par l’appétit du pouvoir, la fulgurance des idées mais aussi une extrême sensibilité.

Le dernier combat de Bismarck

Commenter cet article