TV Replay

Publié par Aanil

ARTE propose, samedi 21 mars 2015 à 18 heures 35, le magazine d'information "Arte Reportage".

Magazine d'actualité internationale, "ARTE Reportage" propose un rendez-vous de 52 minutes pour regarder le monde en face et comprendre les grands enjeux de la planète.

Tunisie : la tentation du Jihad

Depuis la révolution, le mouvement salafiste-jihadiste séduit de plus en plus en Tunisie.

Plusieurs dizaines de milliers de jeunes se revendiquent aujourd'hui d'Ansar al Charia (les partisans de la Charia), une organisation ouvertement favorable au Jihad, fondée 3 mois après la chute de Ben Ali par d'anciens combattants d'Afghanistan proches d'Al Qaeda, tout juste libérés de prison.

Pendant près de 8 mois, nos reporters ont pu suivre les cadres d'Ansar al Charia, qui mènent au quotidien, partout où l’État tunisien est absent, des opérations de charité dans l'unique objectif d'instaurer le Califat, un État islamique appliquant strictement la Charia. Le mouvement n'appelle pas encore au Jihad dans son pays, mais des centaines de ses partisans combattent actuellement au nom de l'Islam au Mali et en Syrie. Sur le sol tunisien, des armes circulent aussi et les affrontements meurtriers entre police et salafistes se multiplient. Les nouvelles autorités sont dépassées et craignent que la guerre sainte ne finisse par s'implanter en Tunisie.

Roumanie : et la lumière fut…

Dans les montagnes du Maramures, à la frontière de l’Ukraine, un hameau tout entier vit sans électricité depuis toujours. Lorsque la nuit tombe, c’est comme si le temps reculait : pas de réfrigérateur, pas de télévision, pas de machine à laver, encore moins d’ordinateur…

Dans ces familles d’agriculteurs, les tâches quotidiennes s’effectuent à l’aide de bougies ou de lampes à huile. Et même l’école du village, où viennent tous les jours 15 enfants, n’est pas raccordée à l’électricité.

Cette situation n’est pas unique en Roumanie. Dans le pays, qui a rejoint l’Union européenne en 2007, 95% de la population est raccordée à l’électricité. Mais restent 200 000 habitations où des familles entières vivent dans l’obscurité, oubliées des autorités.

Un homme originaire de Bucarest, Iulian Angheluta, a découvert ces situations lors d’un tour à vélo de la Roumanie. Depuis, il a monté une association, Free Miorita, et mobilisé des volontaires et des sponsors pour aller équiper en panneaux solaires les dernières écoles de Roumanie qui fonctionnent sans électricité. Cet hiver, c’est avec des chevaux, tractant les panneaux solaires, qu’il est allé apporter la lumière à plus de 1000 mètres d’altitude.

A son échelle, il veut agir pour sortir de l’exclusion ces milliers d’enfants qui n’ont jamais connu l’électricité et permettre à ces « oubliés des autorités » d’avoir accès à la modernité.

Arte Reportage (21 mars 2015) - Tunisie : la tentation du Jihad / Roumanie : et la lumière fut…

Commenter cet article