TV Replay

Publié par Aanil

France 3 propose, lundi 9 avril 2007 à 20 heures 50, un nouveau numéro de l'émission "Faut pas rêver" présentée par Laurent Bignolas.

Direction l' Afrique du Sud-Ouest ...

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Les reportages :

Les Topnaars, fermiers du désert de Namib
Reportage de Corinne Glowacki et Philippe Bigot.

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Dans le désert inhospitalier du Namib vivent les Topnaars, une ethnie installée depuis des siècles sur les rives du Kuiseb, un cours d’eau asséché. Ces hommes sont des maîtres dans l’art de la survie. Ils récoltent dans les dunes un melon sauvage, le nara, qui est la base de leur alimentation.

 


Ils tirent un peu d’argent en revendant ses graines très nutritives en Afrique du Sud. Mais depuis l’installation de pipe-lines qui pompent dans les nappes phréatiques du désert et la succession de vagues de sécheresses en Namibie, les Topnaars ne trouvent plus d’eau. Un nouveau défi pour cette ethnie, qui se refuse à quitter son lieu d’origine.

 

Le combat du peuple d’ocre
Reportage Joëlle Chesselet et Graig Matthew.


Image Hosted by ImageShack.us

 

Au nord de la Namibie, dans la région du Kaokoland vivent les Himbas, l’un des derniers peuples nomades d’Afrique. Traditionnellement, ils s’enduisent le corps d’un mélange de graisse et de poudre rouge qui leur a valu le nom de « peuple d’ocre ».

 


Depuis des années, les Himbas luttent contre un projet qui menace leur identité et leurs traditions : le gouvernement namibien veut en effet construire un barrage hydroélectrique sur leur terre. Aux chutes d’Epupa, sur la frontière avec l’Angola, la construction de ce barrage engendrerait l’inondation de leurs pâturages et de leurs sépultures sacrées qui bordent le fleuve Kunene. Les Himbas sont déterminés à s’opposer coûte que coûte à ce projet : un combat de longue haleine dont dépend leur survie.

 

Vivre avec les éléphants
Reportage d’Arnaud Blin et Patrick Boileau.

Image Hosted by ImageShack.us

 

Chaque année, des milliers de touristes se rendent dans l’Okavango pour découvrir l’incroyable richesse de sa faune.

 


Afin de protéger ce trésor, le Botswana a fait un choix : pratiquer des prix élevés et limiter le nombre d’entrées. Un choix qui est à double tranchant cependant. Faute de moyens financiers, les enfants qui vivent à peine 40 kilomètres de ce sanctuaire se trouvent exclus de cette part de leur culture. C’est pour y remédier que l’association « Living with elephants » a été crée. Chaque semaine, elle accueille, gratuitement, une dizaine d’enfants pour une classe nature unique au monde.

 

Orapa, la forteresse du diamant
Reportage d’Arnaud Blin et Patrick Boileau.


Image Hosted by ImageShack.us

 

Orapa, en langue setswana, ce mot signifie « l’endroit où reposent les lions ». Mais des lions cela fait longtemps qu’il n’y en a plus ici. Orapa, aujourd’hui, c’est le nom de la plus grande mine de diamants du Botswana.

 


Chaque année, 17 millions de carats en sont extraits, soit autant que dans toutes les mines d’Afrique du Sud réunies. Une véritable richesse qui assure l’essentiel des ressources du Botswana et qui permet au gouvernement d’offrir des traitements gratuits aux malades du Sida.

 


Rien d’étonnant alors, si ce fort Knox du diamant est l’un des endroits les plus surveillés de ce pays.

 

Yoho, des jeunes contre le SIDA
Reportage d’Arnaud Blin et Patrick Boileau.


Image Hosted by ImageShack.us

 

C’est un record dont le Botswana se serait bien passé. Avec près d’un adulte sur deux porteur du virus du sida, ce pays est, proportionnellement celui qui est le plus touché au monde .

 


Pour lutter contre ce fléau, de nombreuses associations se sont créées , comme YOHO, « l’organisation des jeunes pour la santé ». Forte d’une quinzaine de membres, elle se bat pour briser le silence qui entoure cette maladie, lutter contre l’ignorance et les préjugés, sensibiliser les jeunes aux risques qu’ils courent. Un combat qu’elle mène sans relâche partout où un contact direct est possible. Que ce soit dans les bus, les foires, les manifestations sportives…

 

Camel Police
Reportage d’Arnaud Blin et Patrick Boileau.

Image Hosted by ImageShack.us

 

On pourrait les croire rangés au rayon des accessoires inutiles à notre époque où le 4X4 règne en maître . Pourtant, à Tsabong, à l’extrême sud du Botswana, la police continue d’utiliser des chameaux pour lutter contre les braconniers et des missions de proximité dans le désert du Kalahari.

 

Une tradition qui remonte à une époque où le Botswana était encore un protectorat. Ce sont les Anglais, en effet, qui eurent l’idée en 1921 de faire venir cet animal réputé robuste, résistant à la soif, peu sensible aux maladies et qui ne tombe jamais en panne.

 

Soul City
Reportage de Corinne Glowacki et Philippe Bigot.


Image Hosted by ImageShack.us

 

« Soul City » est une série télévisée diffusée dans 13 pays africains et conçue en Afrique du Sud par une ONG multimédias. Depuis 1994, date de sa création, elle passionne des dizaines de millions de téléspectateurs qui retrouvent leur propre réalité à travers le scénario et les personnages de cette fiction.

 

Son concept est de faire du divertissement éducatif, en abordant des thèmes aussi variés que la délinquance, le sida ou la violence conjugale. Pour être sûre de son impact, l’équipe de Soul City enquête sur le terrain pour repérer les problèmes sanitaires et sociaux et recueillir les expériences vécues. Le scénario est écrit en fonction de ces études, puis testé auprès de la population avant d’être tourné.

Commenter cet article

planchon 10/04/2007

émission remarquable  .on aurait voulu en savoir plus sur les diamants  . ce peuple est positif .excellente leçon d'humanité  pour les pays dits développés Françoise

adélie 30/06/2007

bizare et je suis gentille de pas dire NUL!!!