TV Replay

Publié par Aanil

ARTE consacre, mardi 15 mai 2007 à 20 heures 40, sa thèma à "Soweto - Un ghetto contre l'apartheid".

 

Image Hosted by ImageShack.us

ZDF / © Mandla Dube

 

En 1976, Soweto s'embrasait, entraînant dans sa révolte le reste des townships sud-africains. Cette "Thema" retrace le passé douloureux de la cité rebelle, symbole de la lutte anti-apartheid, et de l'un de ses héros, le révolutionnaire Tsietsi Mashinini.

 

A 20 heures 40 : Soweto - De larmes et d'espoir (réalisé par Vuyani Sondlo)

Retour sur la violente répression des émeutes qui a ensanglanté Soweto, devenue le symbole de la lutte anti-apartheid. Trente ans après, le traumatisme reste vif pour les habitants de la cité tentaculaire.

Situé dans la banlieue de Johannesburg, Soweto - contraction de South Western Township - incarne dans le monde entier le combat contre la politique ségrégationniste.

À l'origine des émeutes, une manifestation monstre réunit, le 16 juin 1976, de 15 000 à 20 000 lycéens noirs qui s'insurgent contre la décision du gouvernement de faire de l'afrikaans la langue unique dans les classes.

Après avoir lâché les chiens et lancé des grenades lacrymogènes, les policiers blancs tirent à balles réelles.

Des jeunes s'effondrent (vingt-trois selon les autorités, une centaine selon la communauté noire).

Ce sera l'étincelle qui enflammera de nombreuses autres townships, mais il faudra encore bien des années avant que le régime ne s'écroule.

Le réalisateur Vuyani Sondlo, lui-même originaire de Soweto, a entrepris de sonder la mémoire de ses concitoyens.

Même si tous disent spontanément que ces émeutes ont été les premières à ébranler l'apartheid, rares sont ceux qui acceptent d'évoquer le souvenir douloureux de ces journées.

Ce n'est d'ailleurs que l'an dernier, soit trente ans après, que ces événements sont entrés officiellement dans les livres d'histoire sud-africains.

Rediffusion : Mercredi 16 mai 2007 à 14 heures 40

A 21 heures 40 : Tsietsi, mon héros (réalisé par Portia Rankoane)

Un hommage à Tsietsi Mashinini, leader révolutionnaire, qui prit la tête du mouvement contestataire à Soweto en 1976 - et fut par ailleurs le mari de Miss Liberia.

La documentariste Portia Ranko-ane a grandi à Soweto.

Depuis ses 12 ans, elle voue, comme beaucoup de jeunes Sud-Africains, une grande admiration à Tsietsi Mashinini, considéré comme un héros par les habitants des townships.

Après "A red ribbon around my house", en 2001, film très remarqué et maintes fois primé où elle traite des ravages du sida dans son pays, elle rend hommage à cet homme charismatique, courageux et énergique, doublé d'un excellent orateur.

Lié au Mouvement de la conscience noire de Steve Biko, il mobilisera avec succès les manifestants de Soweto pour la cause anti-apartheid.

Mais il sera ensuite traqué et contraint à l'exil en 1977.

Son court mariage avec la reine de beauté libérienne Welma Campbell, et les dissensions politiques avec ses anciens compagnons de lutte, l'éloignèrent peu à peu de sa patrie.

En 1990, il meurt dans des circonstances mal élucidées à Conakry, en Guinée.

Il n'aura donc pas assisté à l'aboutissement de sa lutte, la fin de l'apartheid, survenue la même année.

Quatre ans après, l'Afrique du Sud organisera les premières élections multiraciales.

Rediffusion : Mercredi 16 mai 2007 à 15 heures 40

Commenter cet article