TV Replay

Publié par Aanil

ARTE propose, dimanche 27 mai 2007 à partir de 20 heures 55, une soirée spéciale "Clint Eastwood" avec un film et un documentaire.

 

ARTE F / © Warner Bros

 

De l'acteur impeccable au metteur en scène adulé de Impitoyable, Sur la route de Madison ou Honkytonk man, portrait d'une star inclassable qui marche à l'instinct.

 

A 20 heures 55 : Honlytonk man

Dans l'Amérique des années 30, un chanteur de country prend la route de Nashville, chaperonné par son neveu. Un film d'apprentissage poignant et drôle, avec les Eastwood père et fils dans le sillage des "chasseurs de rêves".

Red Stovall revient chez lui le jour où une tornade s'abat sur la ferme de sa famille, dans l'Oklahoma, détruisant la récolte de coton. Guitariste et chanteur de country, tuberculeux et alcoolique, Red se sait gravement atteint mais une dernière chance s'offre à lui : il a dans sa poche une convocation pour une audition au Grand Ole Opry de Nashville. Il repart accompagné du grand-père, qui veut mourir dans le Tennessee, sa terre natale, et de son neveu de 16 ans, Whit, qui sera son chauffeur et son ange gardien. En chemin, une jeune fille, Marlene, se joint à eux, persuadée que la gloire l'attend, elle aussi, à Nashville...

En route pour la gloire
Le chemin est long et plein de surprises pour les pèlerins de Nashville, la Mecque de la musique country.
Dans l'Amérique de la Grande Dépression, Red et Whit, les deux héros du film, vont non seulement de bastringues de campagne (les "honkytonk") en clubs de blues légendaires, mais également de prisons en bordels, après s'être essayés au vol de poules et au faux hold-up, entre autres épisodes cocasses.
Avec pour tout bagage sa décapotable, sa guitare et une bonne dose de naïveté, l'oncle initie le neveu à la musique, à l'alcool et aux femmes, et celui-ci, en retour, sert d'assistant, de sauveur et de confident à son mentor.
En choisissant son propre fils, Kyle Eastwood, pour incarner l'adolescent, le cinéaste rend un hommage nostalgique et tendre à sa propre jeunesse.
Cette relation filiale - dans la fiction comme dans la réalité - est au coeur du film et nous vaut quelques-unes des séquences les plus émouvantes.
Casquette enfoncée jusqu'aux oreilles et salopette poussiéreuse, Whit, qui aspire à échapper à son destin tout tracé dans les champs de coton, fait ainsi son apprentissage en parcourant tout un pan de la mythologie américaine.
L'art de Clint Eastwood n'est jamais aussi fort que dans cette simplicité - ainsi la très belle scène évoquant la ruée vers l'ouest - qui donne à son histoire les allures d'un western moral et musical.
(Source : arte.fr)

 

Fiche technique

Réalisateur : Clint Eastwood
Avec : John Mc Intire, Kyle Eastwood , Alexa Kenin, Verna Bloom, Matt Clark, Barry Corbin, Jerry Hardin, Tim Thomerson, Macon Mc Calman, Joe Regalbuto, Clint Eastwood

 

Rediffusion : dimanche 3 juin 2007 à 00 heure 30

A 22 heures 55 : Clint Eastwood, le franc-tireur


Clint Eastwood se livre en toute liberté au cours d'un long entretien, revenant sur une vie et une carrière hors du commun. Un document passionnant et sans précédent sur le dernier des mythes vivants du cinéma.

Depuis son domaine de Carmel, en Californie, Clint Eastwood évoque ses années présentes et passées. Partant de ses deux derniers films tout juste achevés, Mémoires de nos pères et Lettres d'Iwo Jima, jusqu'à ses premiers pas dans le monde du cinéma, il retrace un parcours entièrement guidé, selon lui, par l'intuition.

 

La parole du sage
 
On ne trouvera pas ici de révélations ou d'anecdotes inédites sur la star Clint Eastwood. S'il s'agit d'un portrait intime de l'acteur-cinéaste, il concerne l'artiste et non pas l'homme privé.
 
Et ce portrait ressemble à l'esquisse d'un bilan. Non pas à un retour exhaustif et analytique sur le passé, mais plutôt à une promenade improvisée dont Eastwood serait le guide. Car le regard de ce dernier sur sa carrière n'est pas intellectuel. Il est nonchalant, détaché, humble et... suprêmement élégant.
 
Eastwood laisse toujours le soin à son interlocuteur de tirer les conclusions qui s'imposent. Jamais il n'affirme une chose de façon définitive. Le cinéma, pour lui, a toujours été une affaire d'instinct.
 
Un instinct qui l'a poussé à suivre sa voie, aussi diversifiée soit-elle, en dépit des modes et des exigences des studios. Michael Henry Wilson filme le monstre sacré avec une simplicité qui est en réalité celle d'Eastwood lui-même.
 
À travers un parcours choisi qui s'arrête à la fois sur les passages obligés (les Sergio Leone, les Inspecteur Harry) et sur certains de ses films les plus personnels (Un frisson dans la nuit, Josey Wales, Hors-la-loi, Honkytonk man, Bird, Impitoyable, Sur la route de Madison, Million dollar baby...), il montre le paradoxe d'un homme qui est à la fois un ancien et un rebelle, une star et un indépendant.
 
L'ensemble s'articule autour des images de tournage de ses deux derniers films, qui permettent à Eastwood de parler de ses méthodes de travail, où, là encore, le maître mot semble être la capacité à improviser, l'intuition.
 
Une intuition qui a été travaillée, façonnée, affermie, tout au long de trente ans de carrière...
 
C'est en définitive une véritable leçon de cinéma que nous donne ici Clint Eastwood - comme d'habitude, l'air de rien.
 
(Source : arte.fr)

 

Rediffusion : samedi 02 juin 2007 à 08 heures 45

Commenter cet article