TV Replay

Publié par Aanil

Au sommaire du magazine de la mer, Thalassa, diffusé vendredi 8 juin 2007 à 20 heures 55 :

Image Hosted by ImageShack.us

 

Depuis l’île de Minorque aux Baléares, Thalassa vous propose une navigation dans cet archipel méditerranéen célèbre pour ses plages, mais plus méconnu dans son art de vivre..

 

Majorque, Ibiza sont synonymes de soleil et de vacances, Minorque, elle, a été longtemps plus rebelle au flot touristique et reste riche d’une authentique culture. Cette escale Baléares nous permettra de partir à la découverte des côtes du royaume d’Espagne...

 

Les richesses naturelles de l’Andalousie, Valence en pleine renaissance qui accueille les bateaux de la coupe de l’América, et puis la Galice, le Pays Basque, la Catalogne… C’est tout le littoral espagnol qui nous conte son Histoire vue du ciel...

 

Lettre d’Espagne

Reportage de Yannick Charles et Bas Vandenbranden.
Coproduction France 3 Thalassa - Gédéon Programmes

Vu du ciel, le littoral espagnol est bavard : il raconte l’histoire d’un pays, d’un peuple, ses combats et ses moeurs. Il surprend par sa floraison de ports, petits ou grands, de Vigo à Cadix, tous ses ports de pêche où l’on est une femme de marin de mère en fille sur les bords d’une mer nourricière, où, en matière d’architecture, on côtoie le pire comme le meilleur.

Le littoral espagnol a beaucoup souffert. Surtout tout au sud. Pas du côté de Tarifa mais vers l’est, de l’autre côté de Gibraltar, sur la côte méditerranéenne de l’Andalousie. Plages et hôtels à perte de vue encombrent un littoral défiguré. C’était une volonté du Général Franco : faire de l’Andalousie le « bronze-fesse » de l’Europe. Objectif atteint. Aujourd’hui, à Benidorm, on survole des tours comme à Hong Kong ou Manhattan et les promoteurs continuent encore à construire des tours et des hôtels…

A quelques kilomètres, près d’Almeria, autre surprise : on dirait que c’est tout le bord de mer qui a été mis sous bâche pour dresser des milliers de serres. Une mer de plastique.

Rares, en effet, sont les espaces vierges sur les bords de cette Méditerranée espagnole. Sinon vers la Catalogne et le delta de l’Ebre, parc naturel, foyer de milliers d’oiseaux migrateurs. Une oasis de paix et de nature près de Barcelone, la capitale de la Catalogne.

Un bond de 600 kilomètres au-dessus des Pyrénées et l’on retrouve les bords de l’Atlantique. Passé la rivière la Bidassoa, c’est le Pays Basque. Çà et là, peint sur les jetées des ports de pêche ou sur le bord des routes côtières : ETA. Trois lettres qui disent qu’il n’a pas été toujours facile de vivre au quotidien dans cette région. C’est un autre combat qui occupe la Galice toute proche. Plusieurs fois, cette côte a été menacée. Elle a subi moult marées noires mais elle s’en est toujours relevée.

Vu du ciel, le littoral espagnol n’est décidément pas muet : il raconte l’histoire d’un peuple, ses solidarités, ses drames et ses espoirs.

Carnet de route à Valence

Reportage de Loïc Etevenard et Laurent Desvaux.
Production France 3 Thalassa.

Le parfum des orangeraies et d’un passé historique riche flotte toujours sur Valence.

Mais en ce moment, un vent de folie souffle également sur la troisième ville d’Espagne, la rivale de toujours de Barcelone : la 32ème coupe de l’ America bat son plein ! Une bagarre de titans, monstres de carbone et équipages surentraînés. La régate à l’état pur, au plus haut niveau. C’est aussi le jeu préféré des milliardaires du monde entier, pour qui le yachting est le prolongement ludique de la guerre des affaires. Une tradition pour le plus vieux trophée sportif du monde, dont le mot d’ordre est implacable : " il n’y a pas de second ! ".

Seule la victoire est jolie ? Pas tout à fait quand même.. La France ne gagnera pas la coupe, mais l’aventure reste belle.

A un jet de pierre, sur la magnifique lagune de l’Albufera, au milieu des pêcheurs, des oiseaux et des roseaux, une autre régate a lieu pour le plaisir, sur de vieilles coques à voile latines, et ce n’est pas moins beau !

Valence explose, le spectacle est sur l’eau, mais pas seulement. Quand la nuit tombe, la fête à l’espagnole bat son plein, dans la vieille ville, mais aussi sur fond d’architecture et de science fiction, l’urbanisme du 3ème millénaire s’illumine 

 

Minorque, l’île préservée

Reportage de Gilles Ragris et Nicolas Vrignon.
Production France 3 Thalassa

Minorque ne ressemble pas aux autres îles des Baléares. Pas de grands immeubles à même la plage, pas de night-clubs ouverts toute la nuit, pas de paparazzis pour chasser les stars. Non, ici, on cultive la sérénité, le calme. On mise avant tout sur la beauté des paysages pour attirer les touristes. Un signe qui ne trompe pas : aucune route côtière ne permet de faire le tour de l’île en voiture. Chaque crique doit se mériter. Et il semblerait que ce soient les minorquins eux-mêmes qui ont fait ce choix. A force de mobilisation, ils ont réussi à imposer que plus de 60 % de Minorque soit entièrement protégé dans le futur.

 

Majorque, barres de béton modèle déposé

Reportage de Gilles Ragris et Nicolas Vrignon.
Production France 3 Thalassa

Palma de Majorque. Le nom évoque invariablement le soleil, le farniente, les pieds dans l’eau sur la plage. Car finalement, Majorque a été précurseur. Très tôt, dès que le tourisme de masse s’est développé en Europe, les bâtisseurs majorquins se sont lancés dans de grands programmes de
construction, et les agences de voyage ont organisé des charters. Provenance : Europe du Nord, Allemagne surtout. Tarifs : pas cher. Une formule magique. Qui a conduit à ce que certains considèrent comme un désastre : le bétonnage en règle du bord de mer. Un mur sur la méditerranée. Qui pourrait commencer, aujourd’hui, à repousser les touristes devenus peut-être plus exigeants ! Il y a quelques années, les immeubles les plus proches de la mer ont été détruits de façon spectaculaire. Mais peut-on vraiment parler d’un changement dans la politique d’urbanisation des plages ?

 

Les ballets de la Donana

Reportage de Franck Cuvelier et Jean Christophe Chéneau.
Coproduction France 3 Thalassa - Viadécouverte

La Donana est un vaste espace naturel qui correspond grossièrement à l’estuaire du Guadalquivir. Un espace travaillé par le vent, la mer, le fleuve… autant que par les hommes qui l’exploitent et vivent autour. Aujourd’hui Donana est tout à la fois un parc naturel régional et une réserve nationale protégée. Donana est la création de la nature et des hommes, elle est une réserve avec ses interdits qui visent à protéger la faune et la flore mais elle autorise aussi des activités humaines. C’est un endroit magique que connaît par cœur Luis Garcia. Il est le garde de la réserve biologique. C’est l’homme des marais et des oiseaux migrateurs qui par milliers font de la Donana une étape stratégique entre le Nord et le Sud où séjourne la plus grande colonie de cigognes arboricoles d’Espagne. Un véritable sanctuaire naturel où les flamands roses dessinent d’incroyables ballets dans le ciel andalou. Donana possède la beauté des Andalouses, une beauté qui ne se vole pas, une beauté qui s’offre.

Canaries : l’autre archipel

Reportage de Véronique Nizon, Jérôme Laurent et Patrick Boileau.
Production France 3 Thalassa

Dans l’océan Atlantique, l’archipel des Canaries cultive sa différence. Proche du continent africain, les îles et ses habitants portent pourtant leur regard de l’autre côté, vers l’Amérique. Peut-être parce qu’un jour, un grand explorateur a décidé d’y séjourner, peut-être aussi, parce que le canarien est définitivement un fils de la mer. Aujourd’hui, la route des Alizés est toujours aussi fréquentée. La marina de las Palmas est ainsi devenue l’escale incontournable pour tous ceux qui veulent un jour tenter la traversée mythique de l’Atlantique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article