TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mercredi 20 juin 2007 à 20 heures 40, le documentaire réalisé par Laurence Jourdan, "Le génocide arménien".

 

Image Hosted by ImageShack.us

ARTE F © Compagnie des Phares et Balises

 

Entre 1915 et 1917, les deux tiers de la population arménienne de Turquie furent exterminés sans que les pays occidentaux interviennent. Retour sur des massacres de masse longtemps passés sous silence, qui constituent le premier génocide du XXe siècle.

 

"Une nation vient d'être exterminée", écrit dès 1916 Arnold Toynbee, jeune historien britannique, dans le premier rapport sur le génocide arménien.

 

Entre 1915 et 1917, les deux tiers des Arméniens de Turquie ont été massacrés.

 

Pour comprendre l'origine, la nature et les enjeux de ces tueries de masse, Laurence Jourdan s'attache à remonter le fil de l'histoire.

 

Elle s'appuie sur les rapports des diplomates occidentaux en poste dans l'Empire ottoman au moment des faits : autant de précieux éclairages sur les méthodes et les destinations des déportations et surtout leur but.

 

Leurs écrits (lettres, rapports) se conjuguent aux témoignages bouleversants des survivants pour retracer l'histoire du premier génocide du XXe siècle.

 

Un massacre toujours tabou
 
Avant 1894, trois millions d'Arméniens et autant de Turcs forment la moitié de la population de l'Empire ottoman - l'autre moitié étant composée d'une mosaïque d'autres peuples.
 
Puis commence, petit à petit, un processus d'élimination de ces Arméniens considérés comme des citoyens de seconde catégorie.
 
En 1914, suite aux massacres, aux conversions forcées à l'islam et aux nombreux exils, ils ne sont plus que 2 250 000.
 
Quand le gouvernement ottoman s'engage dans la Grande Guerre, en novembre 1914, ils se retrouvent en première ligne sur les champs de bataille.
 
Au même moment, les Jeunes Turcs, nationalistes au pouvoir depuis 1908, exposent leur projet d'une homogénéité ethnique au sein de l'Empire ottoman.
 
Après sa lourde défaite contre les Russes, en janvier 1915, la Turquie désarme 250 000 soldats arméniens, qu'elle accuse de trahison et qu'elle affecte dans des "bataillons de travail" (en fait, ils seront tout simplement massacrés).
 
À l'aube du 24 avril, le véritable coup d'envoi du génocide est donné par l'arrestation, à Constantinople, de 650 intellectuels et notables.
 
Dans tout l'empire, le même scénario se répète : arrestations, déportations, assassinats.
 
La nouvelle de ces atrocités se répand rapidement dans les ambassades occidentales. Mais aucun gouvernement ne menace d'intervenir.
 
Tout le monde est bien trop occupé par la guerre. Les massacres continuent de plus belle.
 
Au total, la population arménienne de Turquie sera éliminée aux deux tiers.
 
En juillet 1923, Mustafa Kemal arrive au pouvoir. Sa politique de retour aux racines turques et sa réécriture de l'histoire enterrent le génocide arménien.
 
Aujourd'hui, il est toujours tabou en Turquie, tandis que les survivants et leurs descendants continuent de revendiquer sa reconnaissance officielle.
 
(Source : arte.fr)

 

Rediffusion :

Dimanche 24 juin 2007 à 18 heures 05

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article