TV Replay

Publié par Aanil

ARTE consacre, dimanche 29 juillet 2007 à 20 heures 40, sa "thèma" au mariage.

Image Hosted by ImageShack.us

ARTE F

A 20 heures 40 : Emma l'entremetteuse

Avec Gwyneth Paltrow et Ewan McGregor, une adaptation enlevée du roman de Jane Austen, fidèle à la drôlerie et au romantisme de l'original.

Dans la campagne anglaise du XIXe siècle, Emma Woodhouse, fille unique d'un hobereau veuf et fortuné, se croit des dons de marieuse et pour tromper son ennui tente d'influer sur le destin de son entourage.

 

Son manque de discernement étant proportionnel à son charme, elle met un temps considérable à comprendre que Cupidon, ce petit dieu "dangereux et armé", l'a elle-même prise pour cible...

 

Marieuse à marier

Cette Emma constitue l'une des adaptations cinémato-graphiques les plus réussies de Jane Austen - dont le sens mordant de l'observation et la langue affûtée n'ont d'égal que l'art du happy end.
 
Avec ses faux airs de beauté anglaise, Gwyneth Paltrow, qui tient là son premier grand rôle, compose une héroïne aussi exaspérante qu'attendrissante.
 
Autour d'elle, comme toujours chez Austen, se croisent d'hilarants personnages secondaires et un jeune premier séduisant.
 
Sur fond de vertes collines, un bonbon anglo-américain d'une délicieuse fraîcheur.
 
(Source : arte.fr)


Fiche technique :

Réalisateur : Douglas MCGRATH
Avec : Gwyneth Paltrow , Toni Colette, Alan Cumming , Jeremy Northam , Greta Scacchi , Ewan McGregor

Rediffusions : mardi 31 juillet 2007 à 14 heures 55, dimanche 5 août 2007 à 00 heure 40 et lundi 13 août 2007 à 14 heures 55

A 22 heures 40 : Les mariés de l'Inde (réalisé par Neeta Jain-Duhaut)

 

En Inde, le mariage arrangé, tradition ancestrale, reste très courant même aujourd'hui. Faut-il se marier avec celui qu'on aime, ou aimer celui qu'on épouse ? C'est la question que Neeta Jain-Duhaut pose à des femmes indiennes.

En Inde, le mariage arrangé reste la façon la plus courante de fonder une famille et aide à trouver sa place dans la société.

 

"Tu sais bien : il est plus facile de trouver un travail si on est marié", explique Bhaskar à sa fille Chatterjee.

 

À travers le destin de Romira, bientôt mariée par sa famille, d'Anjali, Chitia et Neelam, mères de famille, la réalisatrice indienne Neeta Jain-Duhaut donne la parole aux femmes de son pays.

 

Derrière les sourires et les saris colorés, le poids de la tradition se fait sentir.

 

En Occident, le mariage arrangé est signe d'archaïsme.

 

En Inde, on considère qu'il est le meilleur moyen de trouver le bon partenaire.

 

Toute famille qui se respecte recherche avec ardeur le ou la futur(e) marié(e).

 

Et tous les moyens sont bons, des petites annonces dans la presse aux présentations dans les temples, lieux traditionnels de rencontres.

 

"Selon la tradition, le mariage n'est pas une fin en soi mais le début d'une histoire conjuguée", précise la réalisatrice.

 

Entre le désir d'être libres de leur choix et la pression de l'entourage, les femmes qu'elle a rencontrées s'interrogent : comment peut-on se marier avec quelqu'un qu'on ne connaît pas ? Faut-il se marier avec celui qu'on aime ou aimer celui qu'on épouse ? Qu'est ce qui unit deux êtres ?

 

Posant les questions universelles de l'amour et du couple, ce documentaire touche par sa sincérité.

 

 

A 23 heures 35 : Cherche femme russe (réalisé par Jean-Luc Leon).

 

Pat et Brett, deux célibataires américains, ont décidé de trouver la femme de leur vie par l'intermédiaire d'une agence matrimoniale en Russie... Une comédie documentaire révélatrice des fantasmes que l'Est et l'Ouest entretiennent l'un sur l'autre.

Pat Stevens, riche rentier de 44 ans, divorcé et collectionneur de voitures, vit seul dans une immense maison au bord du Potomac.

 

Un jour, dans un catalogue de petites annonces, il est tombé sur la photo d'Elena.

 

Coup de foudre.

 

Pat lui écrit, l'appelle, puis décide de la rencontrer.

 

Un peu effrayé (il n'a jamais quitté l'Amérique), il demande conseil à l'agence matrimoniale de Natacha Spivack...

 

Brett Douglass, 50 ans, est divorcé trois fois et déjà grandpère.

 

Homme doux et réservé, il vit seul avec sa chatte.

 

Pour trouver la femme de ses rêves, il s'est adressé à la plus grande agence matrimoniale américaine, qui organise cinquante voyages par an en Ukraine.

 

Le voilà parti pour quinze jours à Kiev...

 

Deux yankees chez les soviets Jean-Luc Leon (Les Lapirov passe à l'Ouest, Un tramway à Moscou, L'affaire MMM), réalisateur que la Russie passionne, s'est amusé à suivre deux Américains à la recherche de l'âme soeur dans l'expays des soviets.
 
Sans ce projet matrimonial, aucun d'entre eux n'aurait eu l'audace de mettre les pieds en Russie.
 
Le récit entremêle leurs aventures respectives, accumulant mille détails cocasses.
 
Pat, le rentier sûr de lui, est totalement horrifié par ce qu'il voit, la vétusté des hôtels, des transports, etc.
 
Il tente de faire des efforts pour Elena, mais le naturel revient vite : "Il faudrait laisser l'Amérique diriger le monde, les gens seraient plus heureux, non ?"
 
Brett, le sentimental malchanceux, se retrouve tout seul le premier soir, aucune des femmes qu'il avait invitées n'étant venue à son rendez-vous.
 
Quelques jours plus tard, il rencontre Svetlana, mais celle-ci disparaît avec les cinq cents dollars qu'il lui a donnés...
 
Le décalage entre ces hommes et ces femmes est souvent souligné de façon terrible, poignante.
 
Parfois, en un seul plan, un geste, un regard, tout est dit.
 
Ces rencontres improbables débouchent néanmoins sur des histoires d'amour : après une arrivée difficile chez Pat, Elena accepte de l'épouser ; et Brett file le parfait amour avec une Elena de Kiev qui l'a contacté après son retour.

 

Rediffusion :

Mercredi 1er août 2007 à 05 heures

Commenter cet article