TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mercredi 02 avril 2014 à 22 heures 10, le documentaire réalisé par Grit Lederer "Ai Weiwei - Evidence".

Ai-Weiwei---Evidence.jpg

© Leif Karpe


Emprisonné en 2011, puis assigné à résidence, surveillé en permanence, accusé de fraude fiscale, privé de son passeport, interdit d’expositions, l'artiste chinois Ai Weiwei s’exprime surtout via son blog et ses tweets dans son pays. Il nous ouvre les portes de son atelier, situé à la périphérie de Pékin, alors qu'il prépare une grande exposition de ses oeuvres à Berlin.


“Evidence”, tel est le titre de l’exposition qui s’ouvre le 3 avril 2014 au Martin-Gropius-Bau, à Berlin. C’est la plus importante manifestation consacrée à ce jour au dissident chinois. Composée d’œuvres monumentales, de photos et de vidéos, elle témoignera une fois de plus de sa rébellion face à un régime qui cherche à le bâillonner. Emprisonné en 2011, puis assigné à résidence, surveillé en permanence, accusé de fraude fiscale, privé de son passeport, interdit d’expositions, Ai Weiwei s’exprime surtout via son blog et ses tweets dans son pays. Une équipe d’ARTE lui a rendu visite dans son atelier, situé à la périphérie de Pékin, pour s’entretenir avec lui de son travail, en prévision de la présentation de ses œuvres dans la capitale allemande.

Logistique de résistance

Avec l’aide de Gereon Sievernich, directeur du Martin-Gropius-Bau, l’artiste a élaboré une logistique sophistiquée permettant d’acheminer sa production à destination. L’exposition comprendra notamment une reconstitution grandeur nature de la cellule dans laquelle l’artiste a été incarcéré durant quatre-vingt-un jours entre avril et juin 2011. Ai Weiwei, 56 ans, s’exprime par ailleurs sur le défi que représente le fait de continuer à travailler en Chine. Il tient à rester sur place pour “documenter” le caractère répressif du régime, informer ses compatriotes et les citoyens du monde. Il s’inquiète pour la jeunesse de son pays, mais garde néanmoins espoir. Quant à savoir s’il allait pouvoir se rendre à Berlin, puis regagner la Chine, la question restait ouverte au moment du tournage.

Commenter cet article