TV Replay

Publié par Aanil

ARTE propose, samedi 12 octobre 2013 à 18 heures 50, le magazine d'information "Arte Reportage".


Une nouvelle saison pour le magazine de l'actualité internationale.
Tous les samedis à 18 heures 35, ARTE Reportage regarde le monde en face pour éclairer les grands enjeux de la planète.



Turquie : l'école des réfugiés syriens


A Antakya, tout au sud de la Turquie, l'école Al-Basha-ïr se targue d'être la "première école de la révolution syrienne".

Il y a 2 ans, des parents réfugiés ont commencé par faire cours à leurs enfants. Aujourd'hui, l'école est devenue une institution et accueille plus de 1500 élèves : l'ambition est désormais de former " ceux qui reconstruiront la nouvelle Syrie ".

Au cours de ce reportage, nous avons découvert que la révolution n'était en fait qu'un prétexte pour ceux qui cherchent à gagner en influence. Elle n'est ici qu'une façade derrière laquelle se joue la lutte pour le pouvoir dans la Syrie de l'après-Assad. Comme dans la Syrie en guerre, l'aide humanitaire est devenue le terrain de jeu de courants politiques islamistes qui se positionnent déjà pour avoir leur place dans la nouvelle Syrie.

L'école reste un outil de propagande. Mais ceux qui dirigent cette école pour réfugiés se gardent bien d'afficher leur couleur politique. Tout se fait insidieusement. Mais dans cette école, Mahommet remplace désormais Bachar. Ici, auprès des esprits les plus fragiles, les islamistes avancent masqués.


France : Rennes, ville refuge

A Rennes, le nombre de demandeurs d'asile a plus que doublé en quatre ans.

Le 115 est débordé, des dizaines de familles, avec enfants, dorment à la rue, hiver comme été. Des habitants se mobilisent pour les héberger ou leur ouvrir des squats.

La capitale bretonne serait-elle victime de sa bonne réputation ? Ou bien le système d'accueil des migrants serait-il à revoir ? Les tensions sont vives entre la municipalité et ceux qui défendent les migrants, mais aussi entre SDF et étrangers, concurrents de misère.

L'équipe d'ARTE Reportage a partagé le quotidien des réfugiés sur quelques mois.


Angleterre : Sheffield renaît de ses cendres

Chômage, usines désaffectées, grisaille et si ces images qui collaient à la peau de Sheffield n'étaient plus qu'un mauvais souvenir ?

En 1997 cette ville du Nord de l'Angleterre avait servi de cadre au film " The Full Monty ", l'histoire de 5 métallos au chômage qui montent un spectacle de striptease. Avec un taux de chômage de 16% Sheffield incarnait alors la chute de l'empire industriel anglais " Forgemasters " l'entreprise qui produisait la moitié de l'acier mondial en 1850 s'apprêtait à fermer ses portes mais en 2003 ses salariés l'ont rachetée. 10 ans plus tard ses carnets de commande affichent complet.

Mais " Forgemasters " n'est qu'un exemple du renouveau de Sheffield qui a su s'adapter en accueillant aussi des entreprises de haute technologie. Le fantôme de " The Full Monty " a fini de hanter la quatrième ville d'Angleterre dont le taux de chômage ne dépasse pas aujourd'hui 10%.

Commenter cet article