TV Replay

Publié par Aanil

ARTE propose, samedi 17 août 2013 à 18 heures 35, le magazine d'information "Arte Reportage".


Une nouvelle saison pour le magazine de l'actualité internationale.
Tous les samedis à 18 heures 35, ARTE Reportage regarde le monde en face pour éclairer les grands enjeux de la planète.



Etats-Unis/Mexique : la frontière familiale


Quand le policier l'a arrêtée, Juanita n'avait pas payé son ticket de parking, elle n'avait pas de titre de séjour non plus, mais elle avait sept enfants qui l'attendaient à la maison.

Juanita a été arrêtée et expulsée des Etats-Unis comme le sont 400 000 travailleurs mexicains chaque année.

Chaque matin, l'autobus qui arrive de Tucson en Arizona à Nogales au Mexique débarque son lot d' " indocumentados ", les sans-papiers expulsés. Des hommes, des femmes qui ont tout perdu, leur maison, leur travail, leur rêve et parfois même leurs enfants…

C'est une histoire de fou. Ces hommes, ces femmes sont Mexicains. Ils vivaient clandestinement aux Etats-Unis, parfois depuis des années. Leurs enfants, eux, sont nés aux Etats-Unis. Ils sont donc citoyens américains. Alors, quand les parents " sans-papiers " se font arrêter pour une simple infraction au code de la route, la police les expulse et leurs enfants " américains " sont confiés à l'administration américaine.

La plupart d'entre eux ne reverront plus jamais leurs parents. Certains seront déclarés " adoptables " par des familles américaines. Et c'est ainsi qu'aujourd'hui le mur qui sépare le Mexique des Etats-Unis déchire plus d'un millier de familles mexicaines.

A Tucson, où la lutte contre l'immigration sauvage est un bon thème de campagne électorale, les femmes mexicaines s'organisent pour lutter contre la peur et résister à la pression psychologique de l'administration américaine.

Selon les statistiques, d'ici 2017, 15 000 enfants mexicains nés aux Etats-Unis pourraient ainsi être séparés de leurs parents. Simple monstruosité administrative ou effet pervers d'une mondialisation qui garantit la libre circulation des marchandises, mais pas celle des familles.


Fuir Athènes à tout prix…

Chaque année, de plus en plus de migrants, réfugiés et demandeurs d'asile profitent de la perméabilité de la frontière turque pour entrer sur le territoire de l'UE. Athènes compterait à elle seule plus d'un million de sans-papiers.

Devant les portes de l'Office d'immigration, plus de 1000 personnes attendent dans la rue une autorisation de demande d'asile. Débordé par l'afflux d'étrangers, l'Etat joue les gros bras. Les forces de police multiplient les contrôles et les arrestations s'enchaînent. Ces démonstrations de force, très médiatisées, sont bien accueillies par la population. La crise économique, dans un pays à cran, alimente les attaques racistes et favorise l'émergence de partis xénophobes.

Centres d'accueil saturés, services d'immigration inexistants : la désillusion est rude pour les étrangers. Enfermés dans des centres de détention surpeuplés, rattrapés par la réalité, les migrants n'ont plus qu'un objectif : quitter Athènes.

Congolais d'origine, alternant entre errance et centres d'accueil, muni d'une fausse attestation de travail, Burton a pourtant réussi à passer au travers des mailles du filet. La Grèce fait partie de l'espace Schengen, il n'y a pas de contrôle d'identité à l'embarquement. L'équipe d'ARTE Reportage l'a suivi jusqu'à Bruxelles où il vit aujourd'hui.

Commenter cet article