TV Replay

Publié par Aanil

ARTE propose, samedi 21 septembre 2013 à 18 heures 35, le magazine d'information "Arte Reportage".


Une nouvelle saison pour le magazine de l'actualité internationale.
Tous les samedis à 18 heures 35, ARTE Reportage regarde le monde en face pour éclairer les grands enjeux de la planète.



L'Allemagne sur le pouce

de Damien Wanner, Thomas Vollherbst et Stéphane Pélégry
ARTE GEIE - France 2013

Tantôt symbole de succès économique, tantôt pays modèle, parfois pays décrié pour ses inégalités croissantes, l’Allemagne ne laisse pas indifférent. A la veille du renouvellement du Bundestag, ARTE Reportage a cherché à poser un regard neuf sur ce pays dirigé depuis 8 ans par la chancelière Angela Merkel.

Destinations inconnues, escales improvisées et itinéraires aléatoires : c'est le principe de ce reportage singulier. Pendant deux semaines, notre équipe a sillonné l’Allemagne en autostop pour prendre le pouls de ses habitants.

Guidés par le hasard, au gré des rencontres impromptues, notre équipe dresse un portrait de l’Allemagne ordinaire, de ses habitants et de leurs préoccupations du moment.

Ce voyage plonge au cœur d’un pays dont 62 millions d’électeurs décideront du sort, dimanche 22 septembre.


Oeil pour oeil : John MacDougall
De Andrea Fies, Béatrice Augereau, Chris Vörschow, Anne Mangin et Marc Gigoux
ARTE GEIE – France 2013

Une caméra regarde un appareil photo : l’idée est plutôt simple mais pourquoi faudrait-il se compliquer la tâche pour filmer au travail nos confrères photographes ? ARTE Reportage les suivra donc là où l’actualité les convoquera.

Né en 1965 à Paris, John MacDougall a été lecteur dans une maison d'édition parisienne après des études de littérature à New York.

En 1989, il a été engagé comme éditeur au desk photo international de l'AFP à Paris avant de partir pour Hong Kong, l'Indonésie et les pays d'Asie du Sud-Est. En 2003, il s'est installé à Berlin, où il a participé à la fondation du service photo allemand de l'AFP.

Il nous livre son regard sur la campagne électorale allemande.


Gaza : le Parkour au jour le jour
De Thomas Dandois
ARTE GEIE / Camicas Productions - France 2013

Une dizaine de silhouettes détalent à toute allure au milieu des ruines, sautent par dessus les murs criblés d’impacts de balles, rebondissent sur les toits percés de tirs d’obus, plongent, tête en avant, entre les rambardes d’escalier et terminent leur course par un saut périlleux, tout juste amorti par un tas de sable. Bienvenue au Gaza Parkour.

Agés de 12 à 25 ans, Moussa, Ahmed et les autres vivent dans des camps de réfugiés, à Gaza. Selon les Nations-Unies, 70% de la population est âgée de moins de 30 ans. Des jeunes sans emploi, sans avenir. Et Gaza, minée par la guerre, se révèle un terrain d‘entraînement idéal pour cette pratique… Pas besoin d’équipement. On peut sauter n’importe où.

Ces enchaînements de figures étranges portent un nom : le parkour. Né dans les banlieues de Paris, ce sport urbain ou „Free Running“, qui demande un entraînement soutenu et du temps, permet d’évacuer la tension en poussant les limites du corps à l’extrême. Refuser de céder au désespoir ambiant, dépasser les obstacles, se sentir libre. Enseignée par les aînés aux plus jeunes, la pratique du parkour continue de faire des émules…

Commenter cet article