TV Replay

Publié par Aanil

ARTE propose, samedi 22 février 2014 à 18 heures 35, le magazine d'information "Arte Reportage".


Une nouvelle saison pour le magazine de l'actualité internationale.
Tous les samedis à 18 heures 35, ARTE Reportage regarde le monde en face pour éclairer les grands enjeux de la planète.



Cambodge : des femmes en colère

De Gwenlaouen Le Gouil, Sany Sinary et Gaël Mocaer
ARTE GEIE / Cargo Culte – France 2014

Expropriations au coeur de la capitale, marches pacifiques matées par la police, confiscations de terres sur fond de spéculation immobilière… les motifs de contestation sociale sont nombreux depuis plusieurs mois au Cambodge.

La révolte des ouvriers du textile réprimée dans le sang en début d'année n'a fait qu'aggraver une situation déjà extrêmement tendue. Cinq d'entre eux au moins sont morts sous les balles de la police alors qu'ils manifestaient pour réclamer des augmentations de salaires, le 3 janvier dernier.

Qu'en ressortira-t-il sur le terrain politique? Nul ne peut le prédire aujourd'hui, même si Hun Sen, Premier Ministre au pouvoir depuis 28 ans, semble cristalliser le mécontentement. Ce qui est certain en revanche, c'est que le pays est plus que jamais divisé, entre une élite corrompue très liée au pouvoir et le peuple cambodgien majoritairement issu du monde rural, entre les riches promoteurs et les paysans chassés de leurs terres, entre des hommes d'affaires enrichis par l'exportation de prêt-à-porter et leurs ouvriers payés 3 dollars par jour...

Le Cambodge est à la croisée des chemins. Les ouvriers du textile ne veulent pas désarmer. Ils sont prêts à braver l'interdiction récente de manifester pour mener jusqu'au bout le combat des salaires. Qui sont ces travailleurs, essentiellement des femmes, prêts à risquer leur vie pour un revenu "décent" de 115 euros par mois ?


Kama : les oubliés du Japon
De Vikram Singh, Julien Fouchet, Sébastien Buffi
ARTE GEIE / Babel Press – Royaume Uni 2014

Ils ont construit le Japon moderne, la troisième économie du monde. Les ouvriers de Kamagasaki, dans la banlieue sud industrielle d’Osaka, ont connu la période glorieuse du plein emploi.

Dans les années 80, la ville était le plus grand centre de main d’œuvre journalière du pays, 10 000 emplois étaient disponibles chaque matin.

Aujourd’hui, la donne a changé. Frappé par la crise, le Japon est entré en récession. Kamagasaki est devenue "Kama", symbole de déchéance et de pauvreté. Il n'y a plus guère que 250 offres d'emploi par jour. Les rues sont peuplées d'abris de fortune accueillant autant de miséreux : les ouvriers sont devenus SDF. Kama, c’est surtout le Japon que personne n’assume, que personne ne veut voir…


Europortraits – Février : L’Europe au quotidien

A ces questions sur lesquelles bien des experts se sont, avant nous, cassé les dents, nous n’avons pas la prétention de répondre. Mais "notre" Europe, avant les élections prévues au printemps, ARTE Reportage a tout de même souhaité en esquisser le visage ou plutôt les visages, ceux de vingt-huit femmes et hommes issus des vingt-huit nationalités qui la composent.

Mihail Rotenberg
de Julien Félix et Nedjma Berder
ARTE GEIE / What’s Up Productions – France 2014

Mihail Rotenberg est un Roumain de 62 ans qui s’est lancé dans la viticulture. Après avoir quitté son pays sous l’ère Ceausescu, il est revenu sur les terres de son enfance pour planter de la vigne En 1979, Mihail Rotenberg a choisi de partir en Israël où il a fait carrière dans les télécommunications. De retour au pays après la chute du communisme, il a décidé de se lancer dans une nouvelle activité et gère aujourd’hui un domaine vinicole d'une vingtaine d'hectares dans le Dealu Mare, à 90 km au nord de Bucarest. Derrière cette activité se cache le rêve d'un homme cultivé et passionné : retrouver les racines européennes et latines de la Roumanie..

Barbara Busic Ribaric
de Julien Félix et Nedjma Berder
ARTE GEIE / What’s Up Productions – France 2014

Barbara Busic Ribaric est une Croate de 48 ans qui enseigne sur la petite île de Susak où la population n’a cessé de diminuer depuis les années 60. Voilà 25 ans que Barbara est institutrice sur l'île de Susak. Dans l'école, les élèves se font de moins en moins nombreux. Les jeunes préfèrent quitter l'île en quête d'un avenir meilleur. Mais Barbara s’est attachée à ses habitants et garde espoir. Pour elle, l'entrée de la Croatie dans l'Union Européenne devrait attirer de nouveaux investisseurs sur cette petite île perdue de la Mer Adriatique.

Commenter cet article