TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, samedi 22 mars 2014 à 21 heures 40, le documentaire réalisé par Bernard George "B... comme Babylone".

B-.-comme-Babylone.jpg

© Les Films du Tambour de Soie


La cité de Babylone est née en Mésopotamie il y a près de 5000 ans. Disparue deux millénaires plus tard, elle fut seulement redécouverte à l'orée du XXe siècle. Ce documentaire propose une plongée parmi les trésors de la première grande capitale mondiale, à la fois ville maudite et berceau d'une civilisation fascinante.


Salam Jawad, jeune iconographe d’origine irakienne, collecte des objets babyloniens afin de concevoir une encyclopédie en ligne. En sa compagnie, nous rencontrons quelques-uns des spécialistes qui ont pu explorer le site de la ville disparue, aujourd’hui inaccessible, comme Béatrice André-Salvini du musée du Louvre, l’une des rares personnes au monde à lire le babylonien “dans le texte”, ou Joachim Marzahn, à Berlin. Ils nous invitent à un formidable voyage dans le temps. Grâce à leurs explications, nous pouvons admirer de près les trésors retrouvés de la cité mésopotamienne, depuis les splendides figurines miniatures jusqu’aux premières tablettes en argile témoignant de l’écriture cunéiforme…

Mouvement perpétuel

La cité de Babylone est née en Mésopotamie il y a près de 5 000 ans. Disparue deux millénaires plus tard, elle fut seulement redécouverte à l’orée du XXe siècle. La célèbre porte d’Ishtar, exhumée en 1898 puis transportée pierre par pierre et reconstruite au Pergamon Museum de Berlin, de même que le code d’Hammurabi, conservé au musée du Louvre, ou les fameuses tablettes en argile couvertes de cunéiforme, sont autant de signes de la grandeur de cette civilisation. Son histoire à travers les siècles est celle d’un mouvement perpétuel qui oscille entre destruction et reconstruction. À l’image de la tour de Babel, symbolisant aussi bien l’aspiration à l’unité que l’orgueil démesuré des hommes, Babylone, présentée dans la Bible comme l’anti-Jérusalem, a longtemps été source d’attirance et d’effroi… Reconstruite par Saddam Hussein puis investie par une base militaire américaine lors de la guerre en Irak, elle continue de faire rêver.

Commenter cet article