TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mardi 05 novembre 2013 à partir de 20 heures 50, les deux volets du documentaire "Corée, l'impossible réunification ?".

Coree--l-impossible-reunification.jpg


Depuis soixante ans, la Corée est divisée en deux États, deux sociétés diamétralement opposées. Comment en est-on arrivé là ? Une réunification est-elle encore possible ? Pour la première fois, au-delà des stéréotypes, des Coréens du Sud et du Nord racontent ensemble leur histoire. Passionnant.


A 20 heures 50 - Frères ennemis

La première partie raconte comment la colonisation japonaise, la division après 1945 et la guerre de Corée ont accouché de deux régimes antagonistes. À partir de 1910, la colonisation nippone s'accompagne d'une modernisation forcée du pays – développement des chemins de fer, des centres urbains, des industries (notamment dans le nord). Tandis que certains Coréens adoptent le modèle japonais et profitent de l'essor économique (comme Park Chung-hee, futur homme fort de la Corée du Sud), d'autres rejettent l'occupation et rejoignent des mouvements de résistance soutenus par la Chine, à l'image du jeune Kim Il-sung. En 1945, à Yalta, les Alliés s'entendent sur une indépendance coréenne "en temps voulu". En attendant, le pays sera mis sous tutelle américaine et soviétique. Au lendemain de l'effondrement japonais, les troupes soviétiques arrivent par le Nord. Comme convenu, elles laissent les Américains occuper la moitié sud du pays. S'ensuivra la terrible de Corée et la division de la nation coréenne en deux États...


A 21 heures 45 - Si proches, si loin

La deuxième partie montre que si les Corée ont tenté de se rapprocher après 1989, les stratégies des deux États et les intérêts des grandes puissances rendent une réunification très compliquée. À la fin des années 1980, la Corée du Sud a le vent en poupe : elle a réussi à se débarrasser de ses régimes militaires et connaît un boom économique. De son côté, le Nord se retrouve dans une situation catastrophique, sans électricité, sans ressources et, de plus en plus, sans amis : Moscou a stoppé ses livraisons de pétrole subventionné et mis fin à son traité d'assistance militaire ; Pékin a reconnu le frère ennemi du Sud. Pyongyang accepte alors un rapprochement avec Séoul. Mais, en 1991, l’armée américaine reprend ses grandes manœuvres avec l’armée sud-coréenne. Pour Pyongyang, c'est une provocation. Maintenir un million d'hommes en état d'alerte ne suffit plus. Il lui faut la force nucléaire...


D'un côté Pyongyang, capitale de la Corée du Nord : un royaume ermite ruiné, une dynastie coupée du monde et d'Internet, le dernier bastion communiste doté de la quatrième armée du monde. Les clichés ne manquent pas pour cette Corée. Mais que savons-nous vraiment de ce pays ? De l'autre côté Séoul, capitale de la Corée du Sud : une société civile bouillonnante, un capitalisme triomphant, la treizième puissance mondiale, le pays où les enfants ont des téléphones Samsung et des casquettes de baseball. Là encore, des clichés. Comment raconter l'histoire de la Corée quand il y en a deux ? Deux histoires, deux pays aux noms différents, deux États aux drapeaux incompatibles, aux sociétés opposées, séparées par soixante ans de confrontation ? Entre Sud et Nord, depuis trois générations, toute rencontre, tout coup de téléphone, toute lettre est une affaire d'État. 45 millions de Coréens au Sud ; 25 millions au Nord : que partagent-ils encore ? Une chose assurément : chacun vit dans un demi-pays. Tous ont la division en tête. Depuis 1945, la zone démilitarisée ultra-militarisée sépare la nation coréenne le long du 38e parallèle, comme une immense blessure de guerre.

Pour comprendre comment on en est arrivé là, Pierre-Olivier François a convaincu des membres de l’élite dans les deux États de raconter ensemble leur histoire. Ils le font pour la première fois dans ce film. Leurs témoignages, ainsi que ceux de diplomates et d'historiens, sont complétés par des archives rares venues de Séoul, Pyongyang, Pékin, Moscou et Washington. Où l'on découvre que ce sont les grandes puissances qui ont favorisé la partition du pays, que la guerre de Corée faillit dégénérer en guerre atomique, que la Corée du Nord fut longtemps plus riche et plus populaire que le Sud, que personne ne pariait sur un décollage économique de celui-ci, que le régime nord-coréen fonctionne selon sa propre "rationalité", que le 11-Septembre a eu des conséquences tragiques jusque dans l'Asie du Nord-Est... Surtout, on réalise à quel point les deux Corée peuvent se ressembler tout en se construisant en opposition.

Commenter cet article