TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mercredi 12 février 2014 à 22 heures 40, le documentaire réalisé par Rüdiger Suchsland "Dr. Caligari - ou l'invention du film d'horreur".

Dr.-Caligari---ou-l-invention-du-film-d-horreur.jpg

© 2013 Collection Cinémathèque Suisse.


Ce documentaire revisite "Le cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene, projeté pour la première fois le 20 février 1920 à Berlin. Premier film d'horreur de l'histoire du cinéma, il est considéré comme le manifeste de l’expressionnisme allemand.


Pourquoi ce long métrage muet, projeté pour la première fois le 20 février 1920 à Berlin, a-t-il fait date dans l’histoire du cinéma ? Considéré comme le premier film d’horreur, Le cabinet du Docteur Caligari est un condensé de techniques de tournage et de dispositifs narratifs du cinéma à venir. Le film se compose d’un prologue avec deux hommes devisant sur le banc d’un parc, suivi d’un flash-back, puis d'une partie centrale en six actes, et enfin d'un épilogue avec un sidérant renversement de situation. Suspense garanti.

Chaos et irréalité

Tous les thèmes chers à l’expressionnisme apparaissent dans cette œuvre de Robert Wiene : hédonisme, narcissisme, opulence contrastant avec la fracture sociale… La fascination-répulsion face à la folie constitue un thème central, traité aussi par Fritz Lang avec son Docteur Mabuse. Ce dernier devait d’ailleurs à l'origine mettre en scène Caligari ; mais occupé par un autre tournage, il s’était contenté de conseiller une intrigue à tiroirs, principe qui fut d’ailleurs adopté. Quant aux décors, ils sont également typiques de l'expressionnisme avec leurs fausses perspectives en oblique, leurs angles aigus et leurs proportions tronquées. Le tout donne une impression de chaos et d’irréalité qui distille le malaise. Ce documentaire se sert du film comme d'un fil conducteur pour revisiter l’histoire de l’expressionnisme de 1905 à 1925, avec des incursions dans d'autres formes de création artistique.

Commenter cet article