TV Replay

Publié par Aanil

France 2 diffuse, depuis le 18 mars 2014, la série documentaire "Apocalypse : la Première Guerre mondiale".

Apocalypse-la-Premiere-Guerre-mondiale.png

Le sacrifice d’une génération entière aurait-il pu être évité ? Comment un conflit aussi cruel et total a-t-il été possible ? Comment les hommes et les femmes ont-ils pu supporter cette horreur pendant quatre longues années ?

La série répond à ces questions fondamentales par une approche stratégique et globale, mais aussi et surtout par un regard intime et sensible, à hauteur d’homme. Réalisée à partir de plus de 500 heures d’archives cinématographiques, souvent inédites et mises en couleur, elle nous emmène sur les champs de batailles, dans la tête des gouvernants et des soldats, mais aussi dans le quotidien des civils à l’arrière. Des tranchées du Nord de la France aux fronts moins connus de Russie, de Serbie, de Turquie, de Palestine, des millions de soldats, venus des cinq conti­nents vont mourir ou être blessés dans leur chair et leur esprit. La narration porte les voix, les souvenirs et les expériences de ces hommes et femmes afin de mieux comprendre et ressentir ce qui a conduit "le monde d’hier" à l’apocalypse.


Mardi 1er avril 2014 à 20 heures 45 - Délivrance

En octobre 1917, à Caporetto, les Italiens s’engagent dans une bataille sanglante qui les oppose aux Austro-Hongrois et aux Allemands. C’est une défaite cuisante pour les Italiens. Au même moment, en Russie, Lénine, à la tête des bolcheviks, déclenche la Révolution d’octobre. Les nouveaux maîtres communistes de la Russie signent une paix séparée avec les Forces centrales à Brest-Litovsk en mars 1918. Les Allemands vont alors pouvoir concentrer leurs troupes sur le front occidental. Ils réunissent leurs hommes et se mettent en marche vers la France. Les Parisiens apeurés fuient la capitale. Mais les renforts américains sont sur le pied de guerre, les « Sammies », en juillet 1918, sont désormais 1.300.000 sur le sol européen. Les grandes offensives allemandes, qui prévoyaient la victoire finale, essuient alors un échec cuisant. Les forces Alliées, épaulées par l’Oncle Sam, vont de succès en succès : Saint-Mihiel, Bois Belleau, Vittorio Veneto ou la Marne. L’Alsace, la Lorraine, et tous les territoires pris à la France au début de la guerre sont libérés. Cette suite de victoires va précipiter la chute de l’Allemagne. Pendant ce temps, les armées britanniques enchaînent les victoires en Orient : la Palestine, la Syrie, l’Anatolie, l’Iran, l’Irak sont autant de territoires pris aux Ottomans, qui finissent par capituler. Le 11 novembre 1918, sur les champs de bataille de France, le clairon sonne l’armistice : le combat cesse, les soldats vont enfin rentrer dans leurs foyers… Mais certaines de ses cicatrices, très vite, vont s’ouvrir à nouveau : le règlement de la paix sera humiliant pour l’Allemagne. La « Conférence de la Paix », qui s’achève le 28 juin 1919, à Versailles, porte en elle les germes de la Seconde Guerre mondiale… Et l’Europe en deuil, décimée, va devoir panser ses plaies et se reconstruire un avenir.


Mardi 1er avril 2014 à 21 heures 35 - La mémoire vive


Dans la galerie des Glaces du château de Versailles, Marie Drucker présente cette émission spéciale dédiée à la place qu'occupe la Grande Guerre dans la mémoire collective. Elle reçoit l'historien Stéphane Audoin-Rouzeau, spécialiste de la Grande Guerre, l'historienne Manon Pignot, à qui l'on doit le livre « Allons enfants de la patrie, génération Grande Guerre », Daniel Costelle et Isabelle Clarke, auteurs et réalisateurs d'«Apocalypse», le comédien et écrivain Christophe Malavoy qui a publié « Mon père, soldat de 14-18 », l'historien et le collectionneur Jean-Pierre Verney et Joseph Zimet, directeur général de la Mission du centenaire.

Commenter cet article