TV Replay

Publié par Aanil

Au sommaire de l'émission "Envoyé Spécial", le magazine de la Rédaction de France 2 présenté par Françoise Joly et Guilaine Chenu, le jeudi 09 janvier 2014 à 20 heures 45 :


Afghanistan : un retrait au goût amer ?

Un reportage de Ben Anderson

L'armée française a quitté le pays fin 2012, les marines américains devraient à leur tour rentrer chez eux pour la fin 2014. Officiellement, les forces afghanes, armée et police, sont désormais fin prêtes pour assurer la sécurité du pays et de ses habitants. Officiellement… car la réalité est tout autre.

Le journaliste britannique Ben Anderson a pu passer cinq semaines à Sangin, une ville de 14000 habitants au Sud-Ouest de l'Afghanistan, plaque tournante de l'opium et zone de conflits avec les Talibans. Il a pu accompagner les marines américains en mission de « conseil » auprès des nouvelles forces en place, armée, et police.

Son document est accablant : corruption, drogue, kidnapping, esclaves sexuels, autant de pratiques courantes chez les policiers afghans, le tout sous le regard impuissant et désabusé des soldats américains.

Ce reportage a obtenu le prix Bayeux 2013 dans la catégorie TV grand format.


Roubaix : portrait d'une France sous assistance
Un sujet d’Anouk Burel et Frédéric Bazille

La caisse d'allocations familiales du Nord est la plus sollicitée de France. L'État y verse 3 milliards et demi d’euros chaque année. À Roubaix, jusque 1000 allocataires défilent chaque jour au guichet.

Entre ces murs, il n'est pas seulement question de papiers ou de dossiers. Quand rien ne va, il est aussi question de honte, de colère, de ressentiment vis à vis de tout ce qui symbolise l'État. Des agressions verbales, et, plus rarement, des altercations physiques : ces dernières années, la violence a fait son apparition au guichet des services publics. Souffrance des usagers, incompréhension mutuelle avec les représentants de l’administration… Pourquoi le climat devient-il si pesant ?

Une équipe d'Envoyé Spécial a passé trois semaines en immersion à la CAF de Roubaix pour tenter de comprendre le lien particulier qui se tisse entre les usagers et ce service public.


Ma vie sur un nuage
Un reportage de Nicolas Combalbert et d’Ibar Aibar

C'est un logo que les propriétaires de smartphones connaissent bien : le nuage, traduction du mot anglais « cloud ». Ce symbole désigne la dernière révolution d'internet, censée nous rendre la vie plus facile : le stockage des données à distance.

Les photos, la musique ne sont plus physiquement dans la mémoire du smartphone, de la tablette tactile, ou même de l'ordinateur fixe, mais sur un nuage, accessibles par internet. Derrière ce concept de « cloud », de gigantesques entrepôts électroniques, les centres de traitement des données, un peu partout dans le monde. Quand vous lisez vos e-mails, que vous déclarez vos impôts, quand vous postez une photo sur Facebook, vous placez, parfois sans le savoir, des informations personnelles sur un nuage... Mais sont-elles réellement bien gardées ? Qui a accès à votre nuage ?

Nicolas Combalbert et Ibar Aibar ont mené l'enquête sur cette nouvelle pratique qui reste peu connue des internautes. Ils ont tourné en France, en Suisse et aux États-Unis. Vous y apprendrez qu'un fournisseur de nuage a le droit de supprimer vos photos s'il les juge inappropriées, d'effacer vos livres électroniques si vous tentez de les lire dans certains pays.

Régulièrement visé par les pirates qui y pillent des mots de passe et des données bancaires, le cloud est aussi et surtout le terrain de jeu des espions. L'enquête revient sur les révélations d'Edward Snowden, un ancien informaticien de la NSA qui a expliqué comment l'agence de renseignement américaine accède aux données que les internautes étrangers placent dans le nuage.

Commenter cet article