TV Replay

Publié par Aanil

France 2 rediffuse, mardi 19 novembre 2013 à 22 heures 40, le documentaire réalisé par Isabelle Clarke "La Traque des nazis".

La-Traque-des-nazis.jpg


Pour la première fois, un film retrace l'histoire de la longue traque des nazis de 1945 à nos jours.


Au sortir de la guerre, au moment où, dans les pays libérés un sentiment de vengeance submergeait les consciences, les Alliés parvinrent à mettre en place le premier procès de l'histoire à Nuremberg condamnant à mort les plus hauts responsables nazis encore en vie. Mais au début des années 60, l'Allemagne veut oublier, et nombreux sont encore ceux qui ont réussi à passer au travers des mailles du filet. Trois personnalités hors du commun se lancent dans un combat acharné.

Simon Wiesenthal, rescapé des camps de la mort, est à la recherche de ses bourreaux, depuis les kapos jusqu'à Mengele, le médecin fou d'Auschwitz, et Eichmann, le grand organisateur de la Solution finale. Ou le policier qui a arrêté Anne Franck, Karl Zielberbauer. À partir du procès d'Eichmann en 1962, aucun nazi ne pourra plus dormir tranquille.

À la fin des années 60, l'avocat et historien Serge Klarsfeld, fils d'un déporté juif assassiné, et sa femme Beate Klarsfeld, une Allemande non juive, se lancent dans ce qui deviendra plus de trente ans de traque des nazis encore en fuite ou tout simplement vivant en Allemagne. Ainsi seront démasqués et jugés le chef SS Hagen, devenu directeur commercial, Lischka, l'homme de la Gestapo, Heinrichsohn, le gardien du camp de Drancy devenu maire en Bavière, Walter Rauff, Barbie, le chef de la Gestapo de Lyon et le préfet Papon.

Le film retrace le suspense de cette longue traque, la persévérance de l'exploration minutieuse de registres et de fichiers comme le courage physique pour affronter les États complices et leurs polices souvent, les colis piégés et les bombes parfois. Et surtout, il s'appuie sur une recherche d'archives qui renvoie systématiquement les bourreaux à leurs crimes, les images des procès et des exécutions à celles des forfaits, l'heure du jugement à celle du passé. Dans un souci de transmission et de mémoire, il revient inlassablement en images sur le nazisme, son idéologie et son oeuvre de mort.

Commenter cet article