TV Replay

Publié par Aanil

Au sommaire du magazine "Des Racines et des Ailes", diffusé mercredi 11 décembre 2013 à 20 heures 45, sur France 3 :

La-Picardie-entre-terre-et-mer.jpg


La Picardie entre terre et mer


Au cœur des trois départements de l’Oise, l’Aisne et la Somme, des passionnés se battent pour protéger et faire connaître des patrimoines exceptionnels.

La Picardie, terre de cathédrales avec ses six édifices gothiques, raconte la compétition singulière entre les évêchés pour bâtir le plus beau monument. Christophe Hugé a mis au point un circuit pour faire découvrir chacun de ces trésors d’architecture. De Noyon à Senlis, de Laon à Amiens et jusqu’à Beauvais et sa cathédrale inachevée. Cette dernière possède un joyau de mécanique du XIXe siècle : une horloge astronomique de quinze mètres de haut. Un maître horloger, Jean-Paul Crabbe, et le gardien de l’église veillent sur les 90 000 pièces qui animent une centaine de statuettes de bois.

La Picardie, région maritime avec son littoral de près de 70 kilomètres, ses hautes falaises et ses immenses plages de sable fin. Elle abrite l’une des plus belles baies du monde. Pour ses kilomètres de marais et de prés salés, la baie de Somme a reçu le prestigieux label « Grand Site de France ». Dans sa partie nord, le Parc du Marquenterre accueille les oiseaux migrateurs venus de l’Europe entière. Son responsable, Philippe Carruette, forme de jeunes naturalistes à la protection des échassiers et plus particulièrement des cigognes. Plusieurs fois par an, au milieu des bancs de sable qui ferment l’embouchure de la Somme, deux bénévoles veillent sur une colonie de trois cents phoques sauvages. Philippe Thierry et John de Boer savent comment les approcher sans les effrayer.

Tout au sud de la côte picarde, à la frontière avec la Normandie, apparaît l’une des plus jolies cités balnéaires de la Manche : Mers-les-Bains. Magnifiquement conservée, elle offre un témoignage exceptionnel sur l'architecture de la Belle Epoque. Nicolas Andrieu connaît bien les villas avec leurs bow-windows et leurs façades de style néo-gothique ou classique. À la fois gardien et régisseur, il veille au bon état d’une dizaine de maisons du bord de mer.

En Picardie, les paysages dévoilent des édifices qui racontent la riche histoire de la région. Près de la vallée de la Bresle, le château fort de Rambures, édifié au XIVe siècle, appartient à la même famille depuis six cents ans. Cette forteresse à plan carré, bâtie en briques, a permis de résister aux envahisseurs anglais et aux assaillants bourguignons. Aurélien Ries, son régisseur, en connaît tous les secrets.

Entre le Vermandois et la Thiérache, sur une boucle de l’Oise, un monument singulier symbolise l’histoire industrielle picarde : le familistère de Guise. Ce palais ouvrier, fruit de l’utopie de l’industriel Jean-Baptiste André Godin, a abrité jusqu’en 1968 les familles de tous les employés de cette fabrique de poêles en fonte. Ici furent créées les premières pouponnières et les premières écoles de France pour les enfants des classes populaires. Un projet de réhabilitation est en train de voir le jour.

Sur l’aérodrome de Margny-lès-Compiègne, l’association « le cercle des machines volantes » fait revivre la mémoire des pionniers de l’aviation picarde avec des avions conçus entre 1920 et 1940. Après neuf ans d’effort, Fréderick et Alexandre Collinot terminent de restaurer une pièce unique : un Morane de 1929. Pour la première fois depuis quarante ans, il va s’élever de quelques mètres dans les airs.

Pour terminer ce voyage, Frédéric emmène la dernière recrue de l’association découvrir la Picardie à bord d’un biplan. Entre le palais royal et impérial de Compiègne, la clairière de l’armistice de 1918, le château fort de Pierrefonds rebâti par Viollet-le-Duc et les ruines de l’abbaye d’Ourscamp.

Commenter cet article