TV Replay

Publié par Aanil

Au sommaire du magazine "Des Racines et des Ailes", diffusé mercredi 09 avril 2014 à 20 heures 45, sur France 3 :

Le-Vaucluse--du-Ventoux-au-Luberon.jpg


Le Vaucluse, du Ventoux au Luberon


Entre la Durance, la Drôme et le Rhône, le Vaucluse est au cœur de la Provence. L’une des plus belles régions de France avec des sites naturels remarquables comme le Mont Ventoux, classé Réserve de la biosphère par l’UNESCO.

Dominant la région à 1 912 mètres d’altitude, le "Géant de Provence" porte bien son nom. Chaque année, des milliers de cyclistes veulent défier ce sommet mythique, comme Alain MARCHAND et les membres de son association, Amistadous qui vont le gravir par la route de Bédoin : L’ascension la plus renommée, la plus difficile aussi ! Mais il existe un autre Ventoux, plus secret et réservé aux initiés. A l’aube, c’est dans le vent et le brouillard que Nicolas UGHETTO nous fait découvrir l’autre visage du Ventoux, plus sauvage. Photographe animalier, il nous emmène sur les traces des chamois qui vivent dans les pierriers du « Seigneur de Provence ».

A Vaison-la-Romaine, une équipe de bénévoles se bat pour la réouverture d’un monument architectural emblématique de la Haute-ville : La cathédrale Sainte-Marie de l’Assomption. Sous la direction de Mélanie BIENFAIT, une guide conférencière, les objets de culte y sont réinstallés après vingt ans d’absence.

A L’Isle-sur-la-Sorgue, appelée autrefois la "Venise Comtadine", en raison des nombreux bras de rivière qui parcourent la ville, l’archéologue François GUYONNET s’attache à faire revivre le patrimoine et l’histoire de la cité. Il réhabilite l’îlot de la Tour d’Argent, un ancien théâtre et ancien dancing. C’est là qu’il a retrouvé des plafonds à la française du XVe siècle ! L’Isle-sur-la-Sorgue est aussi la Mecque de la brocante et des antiquités. Parmi les 300 marchands, Franck BAPTISTE, 31 ans, est un spécialiste du mobilier provençal du XVIIe siècle. Nous le suivons pendant une expertise au cours de laquelle il découvre des pièces rarissimes, typiques de Provence.

A Roussillon, Mathieu BARROIS, fondateur du Conservatoire des Ocres et des Pigments, nous emmène à la découverte du sentier des Ocres de Roussillon et des mines de Gargas. Plus de 40 km de galeries entièrement creusées à la main, dont les plafonds atteignent une quinzaine de mètres de hauteur. En partie fermées au public, nous y avons accès exceptionnellement. Solange FOUVET et Cyprien POUZENC, quant à eux, voyagent dans l’espace depuis l’Observatoire SIRENE. Le site est un lieu étonnant : Il faisait partie du système de défense nucléaire français installé sur le plateau d’Albion. De cette activité, il ne reste plus aujourd’hui que le pas de tir en béton sur lequel les astronomes ont installé leurs appareils. Ce socle antisismique, conçu pour résister à une explosion nucléaire de 15 mégatonnes, leur offre une excellente stabilité pour leurs instruments. Plusieurs fois par semaine, ces passionnés détaillent le ciel à l’aide de leurs télescopes pour faire découvrir les constellations aux visiteurs d’un soir.

Dans les grandes plaines au sud du Mont Ventoux, les conditions sont idéales pour l’agriculture. Frédéric RUEL et son fils Romain y produisent le diamant rouge de Provence : les cerises des Monts de Venasque, la première marque de cerise haut de gamme créée en France. Nous suivons les premières récoltes ainsi que le travail d’un confiseur de Carpentras, Serge CLAVEL, qui transforme ces fruits d’exception en berlingot de Carpentras.

Autre splendeur du Vaucluse : le Parc Naturel régional du Luberon. Il abrite de magnifiques villages perchés à flanc de collines comme Ansouis, une cité médiévale qui abrite un donjon médiéval transformé au fil du temps en demeure de plaisance. Aujourd’hui, ce château classé appartient à des particuliers : Gérard et Frédérique ROUSSET-ROUVIERE. En leur compagnie, nous découvrons une rareté, un magnifique jardin suspendu installé au sommet du château.

Plus loin, c’est dans la vallée de la Durance, à Lauris, que se cache un jardin botanique entièrement voué aux plantes tinctoriales. Des passionnés perpétuent ainsi une tradition séculaire du Luberon. Historiquement, c’est dans la région que fut cultivée jusqu’au début du XXe siècle, la Garance des teinturiers. Cette plante, dont les racines donnent la couleur au rouge du même nom, était utilisée pour teindre les uniformes des fantassins jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Notre voyage se termine en remontant le cours de la Sorgue, vers Fontaine-de-Vaucluse, le village qui a donné son nom au département créé en 1793. Sa renommée, le village la doit à la source de la Sorgue : Un gouffre de 315 mètres de profondeur. Thomas Soulard et Christoph Gerigk réalisent des plongées souterraines avec une association : La Société Spéléologique de Fontaine de Vaucluse. Ensemble, ils ont décidé de relever un défi : Créer une visite virtuelle subaquatique à partir de plusieurs photographies panoramiques qui permettront au grand public de découvrir les splendeurs de la source. Une première mondiale, un cadeau aussi.

Commenter cet article