TV Replay

Publié par Aanil

Au sommaire du magazine "Des Racines et des Ailes", diffusé mercredi 09 octobre 2013 à 20 heures 45, sur France 3 :

Passion-patrimoine-De-La-Reunion-a-Mayotte.jpg


Passion patrimoine : De La Réunion à Mayotte

Un film de Marie Maurice et Franck Dhelens


Pour ce nouveau numéro de la collection Passion Patrimoine, nous vous emmenons à la découverte des trésors français de l’océan Indien.

Dans l’hémisphère sud, à des milliers de kilomètres de la métropole, La Réunion et ses richesses spectaculaires sont le terrain de jeu quotidien de Cécile Botta. Tombée folle amoureuse de l’île, cette ancienne capitaine de l’armée de l’air, désormais aux commandes de son hélicoptère, nous emmène à la découverte de paysages hors normes.

À ses côtés, Dominique de France, une infirmière itinérante, l’accompagne pour une mission de service public unique en France : la desserte sanitaire des petits hameaux perchés du cirque de Mafate, cette enclave naturelle inaccessible par la route.

À 35 km de là, des volcanologues passionnés tentent de percer les mystères du Piton de la Fournaise, ce géant de basalte qui façonne le sud de La Réunion depuis près de 500 000 ans. Alain Bertil, élevé au rythme des colères de ce volcan parmi les plus actifs de la planète, dirige une expédition scientifique exceptionnelle. Il pénètre les entrailles secrètes du dernier territoire interdit de l’île : les vestiges de « l’éruption du siècle » en 2007.

Spécialiste de l’architecture, Bernard Leveneur défend l’héritage des bâtisseurs réunionnais depuis plus de 20 ans. Avec Raphaël Gastebois, le nouvel architecte des bâtiments de France, cet enfant du pays nous entraîne dans un voyage sur les traces des quatre siècles d’histoire métisse de l’ancienne île Bourbon, des traditions de la civilisation des Hauts aux monuments oubliés de la culture des Malbars.

Entre ravines escarpées et forêts impénétrables, les équipes du Parc national veillent sans relâche sur les paysages millénaires de La Réunion, des écosystèmes tropicaux à l’équilibre fragile, aujourd’hui classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

Direction les rivages de Mayotte, à 1400 kilomètres au nord-ouest de La Réunion. Baignant le 101ème département français, son lagon en camaïeu de bleus, l’un des plus grands du monde, recèle une biodiversité exceptionnelle. Un sanctuaire pour 2300 espèces, classé parc naturel marin, dont Yannick Stéphan un Mahorais d’adoption, connaît le moindre trésor. Guide-nature et photographe, ce Breton sillonne le lagon en quête de ses habitants sous-marins les plus rares, comme la majestueuse raie manta, le diable des mers.

Sur la plage de Bandrelé, dans le sud de l’archipel, c’est en sensibilisant les enfants de son village à la fragilité de leur environnement que Sidi Naouirdine, garde au Parc naturel, se bat pour préserver les richesses de sa terre natale.

À l’ombre des forêts tropicales du centre se cache un autre trésor du terroir de Mayotte : l’ylang-ylang, la reine des fleurs, utilisé par les plus grands parfumeurs depuis la fin du XIXe siècle pour ses arômes de monoï et jasmin. À 26 ans, Hassani Soulaïma, fils d’agriculteur, a décidé de sauver ce savoir-faire insulaire qui a fait vivre des générations mahoraises.

Pour la dernière étape de notre périple dans l’océan Indien, nous partons pour la première fois à la découverte du joyau le plus secret du patrimoine naturel français : les îles Éparses. Des réservoirs de biodiversité hors du commun, éparpillés tout autour de Madagascar, aux allures de minuscules confettis de France, dont l’accès est strictement réservé à l’armée et quelques scientifiques triés sur le volet.

Parmi eux, Jérôme Bourjea et Stéphane Ciccione, biologistes marins, s’envolent vers le sud du canal du Mozambique à l’occasion de l’une des rares relèves militaires pour une véritable mission commando sur Europa, la plus grande des Éparses. Des plages coralliennes désertes de l’île, le plus important site de ponte de tortues vertes de l’océan Indien, aux étendues vierges de sa mangrove, l’une des plus anciennes de la planète, ils disposent de moins de 24 heures pour y mener leurs opérations de capture et de baguage.

Commenter cet article