TV Replay

Publié par Aanil

France 3 diffuse, vendredi 25 octobre 2013 à 20 heures 45, le magazine de découvertes présenté par Tania Young "Faut pas rêver".

Kerala--le-joyau-de-l-Inde.jpg


Kerala, le joyau de l'Inde


L'animatrice part à la découverte du Kerala, une région du sud de l'Inde. Surnommé le «Pays des dieux», cet Etat est l'un des plus riches et des plus alphabétisés du pays. Tanya Young visite notamment les canaux des «backwaters» et rencontre un médecin ayurvédique qui soigne les éléphants.


Le poivre, roi des épices
Un reportage de Romane Mozliwi et Mandakini Gahlot
Une production Babel Press 2013

La région de Coorg dans l’État du Karnataka est un jardin d’épices unique au monde, situé à plus de 1000 mètres d’altitude. On y produit du poivre en abondance depuis des siècles. Le navigateur Vasco de Gama aurait découvert, dit-on, la route des Indes en cherchant cette épice rare et précieuse : le poivre de Malabar.

L’arrivée de la mousson marque le début de la saison de plantation des poivriers. Les grains sont ensuite nettoyés et triés en fonction de leur taille et de leur couleur. Ils prennent enfin le chemin de Cochin, plus au sud sur la côte ouest. C’est là, dans le quartier de Jew Town, que se trouve l’unique bourse de poivre au monde et que sont échangées les variétés les plus recherchées et les plus chères…


Les guerriers volants
Un reportage de Sandrine Leonardelli et Patrick Méheut
Une production France Télévisions / Faut pas rêver 2013

Le kalari est considéré comme le plus ancien des arts martiaux, l’ancêtre du kung fu. Il aurait été créé il y a trois mille ans. Ses disciples étaient alors de redoutables guerriers qui défiaient par leur art les lois de la gravité. On les appelait les guerriers volants.

Les grands maîtres de kalaripayat ont étudié pendant des siècles les secrets du corps humain. Ils sont non seulement capables de tuer un adversaire à mains nues mais aussi de guérir par des massages un certain nombre de blessures et de troubles.

Hari ne correspond pas vraiment à l’image que l’on se fait d’un gourou. Pourtant, c'est un homme respecté dans sa communauté : un grand maître de kalaripayat et un médecin réputé dans tout le Kerala. Dans son école, l’une des meilleures de l’État, ses élèves sont capables d’accomplir des prodiges.


Le business des cheveux noirs
Un reportage de Mélanie Gallard et Hélène Eckmann
Une production Babel Press 2013

C’est un commerce très lucratif, il se chiffre en milliards d’euros : le commerce des cheveux indiens. Dans le sud de l’Inde, on l’appelle « l’or noir ». Chaque année, des milliers de tonnes de cheveux indiens sont vendus de par le monde. Parce qu’ils ont la réputation d’être très soyeux, ils serviront à fabriquer des perruques et des extensions dans les salons de coiffure des cinq continents.

Tout commence dans les temples du sud de l'Inde, où chaque année, des millions de fidèles se rasent la tête en signe de dévotion. Mais ils ignorent que derrière cet acte sacré se cache un business impressionnant : une fois coupés, les cheveux sont ramassés et stockés par le temple, puis vendus à des exportateurs indiens qui les revendront eux-mêmes en France, en Afrique, en Amérique... Là-bas, les cheveux indiens s’arrachent et se vendent à prix d’or. Nous vous proposons de remonter la filière de l’or noir. Un voyage dans l'univers surprenant du cheveu...


Tollywood Boulevard
Un reportage de Patricia Micallef et Roland Théron
Une production France Télévisions / Faut pas rêver 2013

Un héros beau et courageux et un méchant qu’on adore détester, c’est le doublé gagnant du cinéma indien qui monte, celui de Tollywood, au sud de l’Inde. Et c’est à Hyderabad que se trouve la capitale de cette industrie cinématographique. Là-bas, il y a un studio de cinéma à chaque coin de rue, ou presque… on y produit 150 films par an.

Thambi est fan de cinéma, il a parcouru plus de 600 km pour aller à Hyderabad dans l’espoir de rencontrer l'un de ses héros préférés. De studio en studio, il est prêt à user de toutes les astuces pour y arriver. Et si Thambi adore ces films-là, c’est qu’ils n’ont rien à voir avec les sucreries du cinéma de Bollywood réalisées à Mumbai. Ici on produit du cinéma qui déménage parce que les spectateurs adorent l’action ; ils sont fous de ces héros qu’ils considèrent comme des dieux.


Les kambalas, courses extrêmes
Un reportage de Sandrine Leonardelli et Patrick Méheut
Une production France Télévisions / Faut pas rêver 2013

Deux buffles lancés à pleine vitesse dans la boue. Derrière eux, au bout d’une corde, un homme torse nu survole littéralement la piste. Ces courses de buffles - les kambalas - existent dans l’état du Karnataka depuis plus de mille ans. Elles étaient autrefois une offrande faite aux dieux et aux esprits, un moyen de fêter la fin d’un dur labeur dans les champs, juste avant la saison des pluies.

Avec le temps, elles se sont transformées en un sport dans lequel s’affrontent les notables locaux. Ils dépensent des millions pour monter des écuries qui leur assurent le prestige et la gloire. Entre les mois de novembre et d’avril, les kambalas attirent chaque week-end des milliers de spectateurs. Depuis plusieurs années une écurie règne en maître sur ce petit monde d’initiés, celle de Vinu Shetty

Commenter cet article