TV Replay

Publié par Aanil

France 3 propose, mercredi 27 novembre 2013 à 20 heures 45, le magazine historique présenté par Franck Ferrand et Clémentine Portier-Kaltenbach "L'ombre d'un doute".

Jack-l-eventreur-son-vrai-visage.jpg


Drames humains, destins fabuleux, intrigues... tous les grands chapitres de l’histoire, jusqu’aux plus connus et rebattus, présentent des zones d’ombre et des doutes.

Eclairer ces aspects inattendus de l’histoire - des non-dits de l’affaire des Poisons aux impostures de 14-18, des origines obscures de Lili Marleen à ce que l’archéologie nous apprend de Jésus -, tel est le défi de "L’Ombre d’un doute".

Au fil d’investigations, riches en suspense et en rebondissements, la passion contagieuse de Franck Ferrand nous entraîne à la recherche de vérités cachées. Avec humilité et méthode, "L’Ombre d’un doute" souhaite donner aux téléspectateurs la possibilité d’aller au-delà des mythes simplificateurs et des idées toutes faites.

"L’Ombre d’un doute" : la lumière est au bout de l’enquête...


Fontainebleau, la demeure des rois


A Fontainebleau, Franck Ferrand nous raconte sept siècles d’histoire, qui ont fait de ce château « la demeure des rois ».

Fontainebleau a été l’une des résidences préférées des plus grands souverains français : Philippe Le Bel, François Ier, Napoléon…

Terrain de prédilection pour la chasse, symbole de puissance et de gloire pour les uns, refuge et havre de paix pour les autres, Fontainebleau fut aussi un lieu discret où se tramèrent certaines des décisions les plus délicates de notre histoire, certains de ses plans les plus secrets.

Grâce aux témoignages des plus grands spécialistes, à des documents inédits exceptionnellement sortis des Archives Nationales et à des images 3D du château.

« L’ombre d’un doute » fait revivre les moments forts du château de Fontainebleau, à travers 8 dates-clés.

Franck Ferrand nous raconte le mystère qui entoure la fin en 1314 du premier roi né et mort au château de Fontainebleau, Philippe Le Bel. Il nous dit comment en 1539,

François 1er s’est vengé de sa détention par Charles Quint quelques années plus tôt.

Pourquoi le célèbre sculpteur Cellini a subi les foudres de la machiavélique duchesse d’Etampes en 1545.

Il nous fait aussi découvrir le meurtre commandité en 1657 par la Reine Christine de Suède sur l’un de ses favoris alors qu’elle résidait au château.

Il fait revivre les coulisses du « casting » de la future épouse de Louis XV, une princesse polonaise Marie Leszczynska en 1725.

Franck Ferrand nous relate aussi comment en 1752 une jeune femme a mis en péril le règne de la puissante marquise de Pompadour, le rocambolesque kidnapping en 1809 du pape Pie VII par Napoléon et l’étonnante tentative de suicide de l’empereur dans sa chambre du château de Fontainebleau en 1814.


Les intervenants

Jean-François Hebert : Président du château de Fontainebleau
Ghislain Brunel : Conservateur en chef du patrimoine, Archives nationales
Vincent Droguet : Conservateur en chef, château de Fontainebleau
Julien Théry : Historien
Jacques Deblauwe : Médecin, auteur de : De quoi sont-ils vraiment morts ?
Olivier Renaudeau : Conservateur, Musée de l’Armée
Sylvie Le Clech : Historienne, auteur de : François Ier
Jean-Philippe Dumas : Conservateur en chef du patrimoine, Archives diplomatiques
Jack Lang : Auteur de : François 1er ou le rêve italien
Marc Bormand : Conservateur en chef, Musée du Louvre
Bernard Quilliet : Historien, auteur de : Christine de Suède, un roi exceptionnel
Angela Biancofiore : Professeur d'histoire de l'art, auteur de : Benvenuto Cellini, l’homme à l’oeuvre
Marie-Louise Rodén : Historienne
Michel de Decker : Historien, auteur de : La Marquise des Plaisirs – Madame de Pompadour
Evelyne Lever: Historienne, auteur de : Madame de Pompadour
Mathilde Le Roc’h Morgere : Conservatrice, Archives nationales
Christophe Beyeler : Conservateur, château de Fontainebleau
Thierry Lentz : Historien, auteur de : Nouvelle histoire du Premier Empire
Jean Tulard : Historien, auteur du : Dictionnaire amoureux de Napoléon
Gilles de Langsdorff : Descendant du général de Caulaincourt

Commenter cet article