TV Replay

Publié par Aanil

France 3 diffuse, vendredi 13 et 20 décembre 2013 à 23 heures 10, les deux volets du documentaire "La guerre d'Hollywood 1939-1945".

La-guerre-d-Hollywood-1939-1945.jpg


Alors que le monde va être précipité dans la deuxième guerre mondiale, les studios américains vont mettre en place une mobilisation unique dans l'histoire du cinéma.

A la fin des années 1930, Hollywood vit son âge d'or. Quatre-vingt-cinq millions d'Américains en moyenne se rendent dans les salles chaque semaine pour admirer leurs stars préférées. C'est donc à travers le cinéma que le gouvernement américain va s'adresser à la nation toute entière pour lui demander de participer à l'effort de guerre.

Répondant à l'appel du président Roosevelt, les huit studios d'Hollywood mettent leurs ressources et leurs talents au service de l'effort de guerre. Films de fiction, documentaires, dessins animés : des milliers de films sont produits, destinés au grand public ou aux différentes unités de l'armée. Tous servent un objectif précis : motiver l'engagement de nouvelles recrues, aider à la formation des troupes ou à l'organisation du front intérieur et dénoncer l'idéologie nazie, exacerber le sentiment patriotique…

Les plus grandes stars masculines du moment endossent l'uniforme : Clark Gable, James Stewart ou Tyrone Power participent activement au combat tandis que Marlene Dietrich, Bette Davis ou Rita Hayworth se mobilisent pour collecter des fonds ou pour divertir et réconforter les troupes.

Tous, producteurs, comédiens, réalisateurs, des stars les plus connues aux techniciens les plus anonymes vont répondre à l'appel du gouvernement, mettre en place une gigantesque machine de propagande et fabriquer des centaines de films destinés à soutenir l'effort de guerre américain.

La guerre d'Hollywood raconte cette aventure unique et offre un regard original et parfois méconnu sur la seconde guerre mondiale, sur l'histoire de l'Amérique et celle du cinéma. Des archives en grande partie inédites, appartenant principalement aux collections des National Archives, de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences, de U.C.L.A (Université de Los Angeles), de la Bibliothèque du Congrès ainsi qu'à des collections privées, "making-of", rushes, mais aussi extraits ou bandes-annonces de long-métrages, photographies, affiches, matériel promotionnel, couvertures de magazines…retracent cette aventure hors du commun.


Vendredi 13 décembre 2013 à 23 heures 10 - PARTIE 1 : UNIS SOUS LE DRAPEAU

En 1933, lors de l'arrivée au pouvoir d'Hitler en Allemagne, et de Roosevelt aux Etats-Unis, Hollywood est déjà un géant économique, la 8ème industrie du pays. En son sein, des voix s'élèvent déjà contre la montée du fascisme. "Confession of a nazi spy", est le premier grand film anti nazi. Produit avant 1939, il marque le début d'une vague de productions des grands studios américains, alliant comédie pour ridiculiser Hitler et célébration de la résistance européenne, en passant par une série de films patriotiques pour préparer l'Amérique à la guerre, qui y entre de plein pied le 11 décembre 1941.

A partir de cette date, tous les métiers du cinéma vont se mettre au service de la propagande : animation, effets spéciaux, maquillage, construction de décors. Le cinéma va ainsi participer à l'enrôlement en masse de nouvelles recrues et accélérer leur formation. Son action ira de la création de bataillons de cameramen de combat à la promotion des bons de guerre du trésor.

Les stars sont aussi mises à contribution. Ainsi, pour l'organisation du front intérieur, certaines vedettes participent à une série de films pédagogiques tels que la lutte contre le gaspillage de matières premières ou l'encouragement des femmes à exercer des métiers masculins. Des clubs privés tenus bénévolement par des stars, réservés uniquement aux soldats, sont ouverts à New York ou Los Angeles. On y retrouve le "Hollywood Hall of Honor", où sont exposées les photos de toutes les vedettes hollywoodiennes servant sous les drapeaux. Et pour entretenir le moral des troupes et les divertir, des vedettes du cinéma et de la chanson vont directement sur le front, en Europe et dans le Pacifique (400 000 shows entre 41 et 44).


Vendredi 20 décembre 2013 à 23 heures 10 - PARTIE 2 : SUR TOUS LES FRONTS

L'Amérique a des alliés qu'elle doit célébrer : de nombreux films vont vanter la puissance de la nation russe, dénoncer l'invasion de la Chine par le Japon, ou la résistance de la Grande-Bretagne, quitte à tricher le plus souvent avec la réalité des faits. Et à l'inverse, le Japon est érigé en ennemi juré des Etats-Unis. Il faut venger Pearl Harbor, au travers d'une propagande qui frôlera une véritable haine raciale.

A la 15ème cérémonie des Oscars du 4 mars 1943 apparaît pour la première fois une catégorie "Documentaires", avec 23 films sélectionnés. Ces films abordent les conflits en cours et sont dirigés par les plus grands réalisateurs du moment (John Ford, Frank Capra, William Wyler, John Huston…)

En parallèle, les fictions produites par Hollywood n'ont plus qu'une mission : soutenir le moral de la nation. Les comédies sont autant de possibilités de montrer au public la guerre telle qu'on ne peut pas la filmer dans la réalité, comme la mort de l'ennemi en "gros plan". Et pour la plus grande joie du public américain même Daffy Duck peut aller boxer Hitler à Berlin !

La fin de la guerre approche. Des unités spéciales sont créées pour filmer le débarquement en Normandie, la libération de Paris, ou la découverte des camps de concentration, qui deviendront de véritables "preuves de crimes de guerre" pour le procès de Nuremberg à venir. Des documentaires informant les Américains de l'avancée des combats dans le Pacifique sont destinés à convaincre le grand public de la nécessité "d'accomplir la mission" : après l'Allemagne et l'Italie, il reste encore à battre le Japon. Ce sera le "projet Manhattan", sur lequel un premier film de fiction sortira quelques mois à peine après le largage des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, en août 1945.

Commenter cet article