TV Replay

Publié par Aanil

France 3 diffuse, lundi 10 mars 2014 à 20 heures 45, le documentaire réalisé par Andrea Rawlins-Gaston "Leçons de vie : dépasser son handicap".

leconsdeviedepassersonhandicap.jpg


Ils s'appellent Marie, Vincent, Stéphanie, Sami, Khadija et Jérôme.

Ils sont handicapés depuis la naissance ou le sont devenus suite à un accident ou à cause d'une maladie dégénérative. Qu'ils soient aveugles ou cloués dans un fauteuil roulant, ils ont un point commun : une envie de vivre plus forte que les limites de leur handicap. Combatifs, positifs, émouvants et maniant souvent l'humour, leur charisme, leur force de caractère et leur intelligence nous donnent des leçons de vie tout en nous faisant découvrir les réalités du handicap. Ils travaillent, ont des enfants, voyagent et poursuivent leurs rêves...

Un film réconfortant qui bat en brèche nombre d'idées reçues et de préjugés pour mieux vivre ensemble.


Portraits

VINCENT FERRY - « L’invincible » patron d’entreprise tétraplégique

Vincent a 43 ans. Il est patron d’entreprise en Lorraine. Le 29 mars 2008, sa vie explose. Une chute de moto enduro à 15km/h. Il freine, passe par dessus le guidon. Les vertèbres cervicales sont touchées. Il est tétraplégique. Une semaine après le drame, à l’hôpital, Vincent fait le bilan. Il a déjà deux bonnes raisons de se battre : sa femme Sophie et son fils, Pierre-Alexandre, alors âgé de six mois seulement. Et une troisième : sa société, ses quarante-cinq salariés et leurs familles. Il imagine alors une nouvelle façon de diriger. Il apprend à faire confiance à ses collaborateurs et à déléguer. Au début, il n’a pas le choix. Il est cloué sur son lit d’hôpital. Cinq ans plus tard, c’est devenu une méthode de management qui porte ses fruits : le chiffre d’affaire est en forte hausse et les rapports humains ont complètement changé de nature. Aujourd’hui, sa vie de famille aussi est différente. Avant le drame, Vincent consacrait le plus clair de son temps à son travail. A présent, il est plus disponible pour sa femme et son fils et ne se rend au bureau que l’après-midi. La vie a pris un autre sens. Plus que quiconque, il en connait désormais la valeur et nous en fait profiter. Chacun de ses propos nous touche et nous fait réfléchir. Son charisme et son énergie sont contagieux. Comme l’appellent désormais ses collaborateurs, c’est « l’invincible Vincent » !

STÉPHANIE ET SAMI FERCHICHI - Mariés, non-voyants et futurs parents

Stéphanie, 34 ans et Sami, 38 ans, sont lyonnais. Non-voyants tous les deux, ils attendent leur premier enfant. Bien intégrés socialement, ils sont aussi très soutenus par leurs familles respectives. Tous espèrent que le futur bébé ne portera pas le gène qui a plongé Sami dans le noir à l’âge de 10 ans. Mais Stéphanie et Sami les rassurent. Ils connaissent mieux que quiconque ce handicap et sauront accompagner leur enfant s’il est lui aussi déficient visuel. Quand on est des parents qui ne voient pas, comment assurer la sécurité d’un bébé, le changer, lui donner son bain, lui administrer la bonne dose de médicaments, se déplacer avec lui sans poussette (car avec une canne blanche dans une main, ce n’est pas bien pratique) ? Toutes ces questions et bien d’autres, Stéphanie et Sami y ont réfléchi bien avant tout le monde. Depuis les premières semaines de la grossesse, avec enthousiasme et bonheur, ils se préparent à l’arrivée de leur futur bébé en participant à différents ateliers de puériculture, comme au Service d’Aide à la Parentalité des Personnes Handicapées (SAPPH). Dans ce lieu unique en France, le couple apprend les gestes essentiels en s’entraînant sur des poupons en plastique. Ici aussi, chaque échographie est retranscrite en relief.

KHADIJA IDAMAR - Non-voyante, deux enfants, une mère comme les autres

A 36 ans, Khadija connaît bien la situation de Stéphanie et Sami. Elle est non-voyante et a deux adorables garçons de 6 et 8 ans qui eux voient très bien. Elle aussi a bénéficié de l’accompagnement du SAPPH où elle continue d’assister tous les mois à des groupes de parole entre mères déficientes visuelles. Au cœur des discussions : le regard des autres. Combattre les préjugés et prouver qu’elle est une mère comme les autres, c’est le quotidien de Khadija. Sans agressivité, toujours avec humour et intelligence, sa stratégie : se rendre visible tout simplement. En accord avec son conjoint qui est lui mal-voyant, elle a décidé d’arrêter de travailler pour se consacrer à l’éducation des enfants. Par exemple, c’est elle qui les accompagne à l’école et qui va les chercher tous les jours. C’est elle aussi qui s’occupe personnellement de leurs devoirs. Avec succès, ses enfants sont d’excellents élèves.

MARIE VAMPOUILLE - Une pétillante Calaisienne en fauteuil à Paris

La première chose qu’on remarque chez Marie, c’est son sourire. Lumineuse, pétillante, énergique et drôle, cette jeune femme de 33 ans a décidé de quitter Calais pour venir s’installer à Paris où elle vit seule dans un studio de 22 mètres carrés. Et pourtant Marie est en fauteuil. Atteinte depuis la naissance d’une arthrogrypose, une maladie qui touche entre autres les muscles de ses bras et de ses jambes, tous les matins, sans la visite de son auxiliaire de vie, elle ne peut pas sortir de son lit. Mais une fois que Marie a démarré sa journée, plus rien ne l’arrête, ni les voitures mal garées sur les trottoirs parisiens, ni la galère des transports en commun, ni l’inaccessibilité des lieux publics. Marie est une trentenaire dans son époque qui sort avec sa bande de copains et revendique son droit à une vie amoureuse. Pour elle, aucun rêve n’est inaccessible. Faire le tour du monde ou être comédienne, Marie ose et ça marche.

Jérome Goy - L’optimisme chevillé au corps

« Vous allez devenir aveugle. » C’est ce qu’un médecin a annoncé brutalement à Jérôme, il y a trois ans. A l’époque, le ciel lui est tombé sur la tête. Atteint d’une rétinite pigmentaire, une maladie génétique et dégénérative, aujourd’hui Jérôme 37 ans, a décidé de ne pas se laisser abattre. Animé par une grande force de caractère, trois jours par semaine, il se rend à la Fondation Sainte Marie, un service hospitalier où il apprend à vivre avec son handicap sans renoncer aux gestes du quotidien, comme par exemple se déplacer à l’aide d’une canne. Grâce à elle, il commence tout juste à ressortir de nuit, moment de la journée où sa vision est presque inexistante. En revanche, Jérôme est en arrêt maladie. Vendeur dans un magasin de surgelés, sa vision l’empêche désormais de faire la différence entre deux paquets de marchandises, de mettre en rayons rapidement ou de servir les clients. Une situation professionnelle qui inquiète beaucoup Jérôme, mais aussi ses parents qui vivent en Auvergne. Entre culpabilité, impuissance et colère, ils essayent de soutenir leurs fils autant que possible même s’ils n’en dorment plus. De son côté Jérôme, le sourire toujours accroché aux lèvres, essaye de les rassurer et tente parfois même l’humour pour dédramatiser certaines situations.

Commenter cet article