TV Replay

Publié par Aanil

France 3 propose, lundi 27 janvier 2014 à 20 heures 45, "Tout peut changer".

toutpeutchanger.jpg


Du travail pour tous ?


François Hollande l’a promis : la courbe du chômage va s’inverser. Entendez par là que le nombre des demandeurs d’emploi va cesser d’augmenter pour prendre une orientation plus vertueuse. Au-delà du pari politique, le chômage est la bête noire de tous les gouvernements depuis quarante ans. Donner du travail à tout le monde semble un objectif impossible à atteindre. Faut-il changer notre organisation du travail ? Notre système est-il trop rigide ? Trop protecteur ? Ou est-ce une fausse idée ? Sommes-nous à un tournant de notre histoire sociale ? Quel est le prix à payer pour éradiquer le chômage ?


LES DOCUMENTAIRES DE LA SOIRÉE :

Faut-il changer le code du travail ?
Loïc Tanant/Charles Bourla

Ce matin, Fabienne entre dans la catégorie des privilégiées. Elle signe un contrat à durée indéterminée, une option qu’on ne propose désormais que deux fois sur dix. Pour son patron qui dirige une PME, c’est en revanche un risque de plus. Le CDI fait partie des 3299 pages du code du travail qui protègent le salarié et qui donnent du fil à retordre à son employeur. Faut-il plus de flexibilité ? Accepter de revenir sur certains acquis sociaux ? La guerre syndicale que se livrent les ouvriers de Goodyear à Amiens ou les conflits autour du travail de nuit à Séphora soulignent que la limite entre protection du salarié et entrave à l’emploi est parfois assez subtile. Faut-il alors s’inspirer de cette aciérie germanique ou patron et syndicats travaillent main dans la main ? Le système allemand est-il vraiment meilleur que le nôtre ?

Formation : où sont passés les chômeurs ?
Agathe Lanthé

Il y aurait chaque année entre 300 000 et 500 000 emplois non-pourvus. Comment expliquer un tel phénomène dans un pays qui compte plus de 3 millions de chômeurs ? Pour une part d’entre eux, l’absence de candidats serait liée à un manque de compétence qui pourrait être résolu par la formation. Or, avec 32 milliards d’euros, la France dispose du plus gros budget d’Europe en matière de formation professionnelle. Mais cet argent est avant tout destiné aux personnes qui travaillent déjà ! Ce modèle, instauré sous les Trente glorieuses, est-il dépassé ? Quelle en est la logique ? Pourquoi les chômeurs ne sont-ils pas prioritaires ? La nouvelle loi préparée par le gouvernement permettra-t-elle de rééquilibrer une situation devenue absurde ?

Commenter cet article