TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, dimanche 18 mai 2014 à 20 heures 45, le film réalisé par Gus Van Sant "Harvey Milk".

Harvey-Milk.jpg

© Focus Features


En 1977, Harvey Milk est élu au conseil municipal de San Francisco, au côté du maire libéral George Moscone. Il est le premier candidat ouvertement homosexuel à accéder à des fonctions officielles aux États-Unis. À la fois efficace et subtil, le film de Gus Van Sant, porté par les performances de Sean Penn et James Franco, réussit sur les deux tableaux, humain et politique.


En 1977, après deux tentatives infructueuses, Harvey Milk est élu au conseil municipal de San Francisco, au côté du maire libéral George Moscone, sur un programme de défense des minorités. Il est le premier militant gay, et même le premier candidat ouvertement homosexuel, à accéder à des fonctions officielles aux États-Unis. Huit mois plus tard, il est assassiné, ainsi que Moscone. Il avait 48 ans.

Le film retrace les huit années flamboyantes qui ont vu l'activiste hédoniste se transformer en leader charismatique, donnant une voix et un visage aux aspirations de millions de personnes, alors violemment réprimées.

À hauteur d'homme

À la fois efficace et subtil, le film de Gus Van Sant - et l'excellent scénario de Dustin Lance Black qui, comme la performance de Sean Penn, fut couronné d'un Oscar - réussit sur les deux tableaux, humain et politique. Parce qu'il dresse non pas le portrait d'un héros mais celui d'un homme ordinaire qui, par le biais des circonstances, de son idéalisme et de son amour de la vie, devient peu à peu le porte-parole d'une cause historique. Et qu'il réussit par ailleurs, notamment grâce à un usage très inspiré des archives, à abolir les distances entre le présent et les événements passés qu'il fait revivre. Sean Penn habite son personnage avec un immense talent, corps et âme, et les seconds rôles – James Franco, Josh Brolin, Diego Luna – sont à sa hauteur. Une grande réussite.

Avec : Sean Penn, James Franco, Josh Brolin, Emile Hirsch, Diego Luna, Alison Pill, Victor Garber, Denis O'Hare

Commenter cet article