TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, lundi 12 mai 2014 à 23 heures 20, le film réalisé par Jane Campion "Holy Smoke".

Holy-Smoke.jpg

© Miramax


Un "consultant en déconditionnement" se brûle les doigts en tentant de désenvoûter une jeune femme embringuée dans une secte indienne... Étourdissant comme un trip adolescent, ce film déconcertant de Jane Campion est illuminé par le face-à-face mémorable entre Kate Winslet et Harvey Keitel.


Ruth, une jeune Australienne, part en voyage en Inde avec une amie. En visitant un ashram, elle tombe sous l'emprise d'un gourou. Paniquée, sa mère la fait revenir en prétendant que son père est mourant. Pour la désenvoûter, la famille fait appel à un Américain, PJ Waters, consultant américain en déconditionnement. Contrarié de ne pas avoir l'assistant qu'on lui avait promis, celui-ci accepte néanmoins d'emmener Ruth dans le cabanon familial, perdu au milieu du désert. Mais très vite, le pouvoir change de mains et une relation d'amour-haine s'engage entre les deux protagonistes.

Ferveur

Fuyant l'Australie balourde et machiste dont elle vient et à qui Jane Campion règle son compte dans des scènes burlesques bien assaisonnées, Ruth croit trouver sa voie dans l'ashram de Baba, amateur de cheveux parfumés, qu'elle doit épouser à l'instar d'une myriade d'autres adeptes. Mais le tempérament de feu de cette jeune femme éprise de vérité laisse deviner qu'il ne s'agira que d'une étape dans une vie aventureuse. Ruptures fréquentes de ton, maelstrom d'images : ce film, légèrement défoncé, baigne d'un bout à l'autre dans la ferveur adolescente, qu'elle soit spirituelle ou charnelle, galvanisante ou destructrice, rock ou ésotérique. À l'effervescence de Dehli répondent les flamboyants ciels du désert australien, cadre du dérangeant face-à-face entre Kate Winslet et Harvey Keitel, qui se livrent à une étourdissante mise à nu, confrontation d'une belle intensité entre deux bêtes de scène déchaînées.

Avec : Kate Winslet, Harvey Keitel, Julie Hamilton, Tim Robertson, Sophie Lee, Pam Grier, Paul Goddard

Commenter cet article