TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, dans la nuit du dimanche 27 au lundi 28 avril 2014 à 00 heure 30, le documentaire "Isang Yun - Une destinée entre Corée du Nord et du Sud".

Isang-Yun---Une-destinee-entre-Coree-du-Nord-et-du-Sud.jpg

© Michael Boomers/Accentus Music


Le compositeur coréen Isang Yun (1917-1995) a longtemps espéré que la musique contribuerait à la réunification de son pays. Portrait d’un artiste qui fut persécuté avant d’être reconnu au Sud comme au Nord.


Les artistes du XXe siècle reconnus dans le sud comme dans le nord de la Corée sont bien rares. Ce fut le cas d‘Isang Yun. Le fait d’évoquer son nom est même devenu un passeport pour l’équipe de tournage qui a pu travailler sans encombre.

Marqué par l’occupation de la Corée par les Japonais, puis par la partition de son pays, Isang Yun entreprend au début des années 1960 des études musicales à Paris et à Berlin. Plus tard, son engagement politique déplaît à Park Chung-hee, le président sud-coréen, et ses services secrets font enlever le musicien en 1967 à Berlin. Isang Yun est alors transféré à Séoul, incarcéré, torturé et condamné à la prison à vie pour trahison suite à un voyage effectué en Corée du Nord. Une pétition internationale d’envergure le fera libérer en 1969. En 1971, il obtient la nationalité allemande, mais se rend régulièrement dans les deux Corées pour faciliter leur rapprochement – et y faire découvrir la musique européenne d’avant-garde. La compatibilité de celle-ci avec les sonorités coréennes a toujours passionné ce compositeur particulièrement prolifique. À travers les entretiens chargés d’émotion qui ont pu être filmés dans les deux Corées, ce documentaire nous présente un musicien engagé, qui n’a eu de cesse de se prononcer en faveur de la démocratisation et de la réunification de son pays.

Commenter cet article