TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, samedi 05 avril 2014 à 20 heures 45, le dcoumentaire réalisé par Peter Moers "Ivan le Terrible".

Ivan-le-Terrible.jpg

© Moers Media/Peter Moers


Ivan IV Vassiliévitch (1530-1584) méritait-il le qualificatif de “terrible” accolé à son nom ? Des études récentes révèlent les deux versants de sa personnalité : d’un côté un homme intelligent, doté d’un talent littéraire, dynamique dans sa conduite des affaires de l’État, et de l’autre un être psychiquement fragile, déséquilibré, tour à tour violent et dépressif.


Né en 1530, fils du grand-prince de Moscou, Ivan a eu une enfance difficile. Il perd son père alors qu’il n’a que 3 ans et, cinq ans plus tard, sa mère, qui avait entre-temps assuré la régence. L’orphelin est aussitôt pris dans les luttes de pouvoir des boyards de la cour, qui n’hésitent pas à le maltraiter. À 17 ans, il accède enfin au pouvoir, se couronne lui-même et se proclame tsar, titre utilisé pour la première fois pour un souverain russe. Il va dès lors se venger de ses bourreaux d’hier et asseoir la puissance de la Russie en gagnant de nouveaux territoires. Il annexe les khanats de Kazan et Astrakhan puis défait les Tatars. L’empire gagne un accès à la Volga et à la mer Caspienne. Parallèlement, le tsar s’efforce de moderniser les structures de l’État, réduit le pouvoir des boyards auxquels il n’a pas pardonné les souffrances et les humiliations qu’il a subies dans son jeune âge.

Traumatismes

Heidi Kastner, psychiatre, et Axel Petermann, profiler à la police criminelle de Brême, ont étudié de près la biographie du tsar. Il leur paraît indéniable que les traumatismes subis pendant son enfance ont influencé son comportement ultérieur. Sont mis notamment en lumière les deux versants de sa personnalité : d’un côté un homme intelligent, doté d’un talent littéraire, dynamique dans sa conduite des affaires de l’État, et de l’autre un être psychiquement fragile, déséquilibré, tout à tour violent et dépressif.

Commenter cet article