TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, dans la nuit du mercredi 09 au jeudi 10 avril 2014 à 00 heure 15, le film réalisé par Christian Petzold "Jerichow".

Jerichow.jpg

© Schramm Film/Christian Schulz


Une Allemande au passé trouble, mariée à un entrepreneur turc, rencontre un jeune homme sans attaches... Christian Petzold crée une forme d’abstraction inédite à mi-chemin entre le film noir, la romance passionnée et le constat socioréaliste. Avec Nina Hoss, Benno Fürmann et Hilmi Sözer.


Renvoyé de l'armée et averti du décès de sa mère, Thomas retourne à Jerichow, une petite ville du nord-est de l'Allemagne. Il souhaite rénover la maison familiale et démarrer une nouvelle vie, mais les perspectives de travail se font rares dans la région. Sa route croise celle d'un entrepreneur de restauration rapide, Ali, marié à Laura. Lorsque ce dernier embauche Thomas comme chauffeur, Laura s'éprend de lui : le couple illégitime décide très vite d'éliminer Ali...

Regard clinique

Prototype du héros des films de Christian Petzold, Thomas est une âme toujours en sursis, une sorte de fantôme de lui-même, au même titre qu'Ali et Laura : le premier est un étranger en Allemagne, turc à moitié alcoolique, solitaire dans son mariage et sur la route de ses affaires qui l'éloigne quotidiennement de sa demeure bourgeoise. La deuxième est fragile, discrète, porte l'ombre d'un passé tordu qui la fige, prisonnière d'Ali dont elle dépend financièrement. Dès lors le regard quasi clinique de Petzold prend de l'amplitude dans l'émulsion savamment concoctée de la rencontre des trois individus. Aux détours d'une mise en scène de plus en plus éclatante, où l'éblouissement des couleurs et des paysages naturels allié à un sens raffiné du cadre contraste terriblement avec le tragique des situations, Christian Petzold crée une forme d'abstraction proprement inédite à mi-chemin entre le film noir, la romance passionnée et le constat socio-réaliste.

Avec : Benno Fürmann, Nina Hoss, Hilmi Sözer, André M. Hennicke, Claudia Geisler, Marie Gruber, Knut Berger

Commenter cet article