TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 janvier 2014 à 01 heure 40, le film réalisé par Louis Feuillade "Juve contre Fantômas".

Juve-contre-Fantomas.jpg

© ZDF/Gaumont


Une nuit, Fantômas introduit un python dans la chambre de Juve. L'inspecteur survit à l'attaque du serpent... Pour fêter les cent ans de Fantômas, le héros aux mille masques, maître du crime échappant encore et toujours à la police, ARTE diffuse le chef-d'oeuvre de Louis Feuillade : cinq films réalisés en 1913 et 1914, aujourd'hui restaurés.


Juve et son ami journaliste Fandor travaillent sur la disparition d’une femme retrouvée broyée chez un certain docteur Chaleck. Ils suivent le suspect qui, lors de la filature, réapparaît en apache : le Loupart. Avec sa complice Joséphine, ce dernier s’apprête à tendre un guet-apens à un riche négociant en vins, monsieur Martialle, durant un trajet ferroviaire. Fandor a réussi à monter dans le même train et réchappe avec Martialle à une collision criminelle fomentée par le Loupart. Plus tard, Juve et Fandor, attirés aux entrepôts de Bercy, échappent à une fusillade des bandits en plongeant dans la Seine. Un soir, au Crocodile, les deux amis reconnaissent Joséphine et le docteur Chaleck, alias le Loupart, alias Fantômas ! Mais celui-ci leur échappe encore à l’aide d’un manteau truqué... Reprenant contact avec sa maîtresse Lady Beltham, Fantômas, sous les traits de Gurn, lui fixe un rendez-vous nocturne hebdomadaire dans sa villa mise en vente. Deux acheteurs, Juve et Fandor, visitent la maison et surprennent une conversation des deux amants criminels où il est question d’un bourreau silencieux censé liquider Juve. Une nuit, l’inspecteur, harnaché de pointes d’acier, est attaqué par un boa. Pour en finir, Juve mène l’assaut de la villa où Fantômas se terre mais l’Homme Noir fait exploser la maison. Juve et Fandor ont-ils péri dans l’attentat ?

Un grand lyrisme

"La série des cinq Fantômas constitua le chef-d’œuvre de Feuillade. Cet admirateur sincère et passionné de Ponson du Terrail sut démontrer qu’il avait un sens profond de la poésie, de la nature et plus encore, des rues de Paris. Un grand lyrisme monte des toits, des murailles grises, des persiennes, des pavés, des fiacres et des taxis d’un ancien modèle." (Georges Sadoul)

Avec : René Navarre, Edmond Bréon, Georges Melchior, Renée Carl, Yvette Andreyor, Laurent Morlas

Commenter cet article