TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mercredi 20 novembre 2013 à 22 heures 55, un volet de la série documentaire "L'Europe des écrivains".

L-Angleterre-de-Martin-Amis.jpg

© Les Films d'Ici


L'Angleterre de Martin Amis


Lhassa est le principal lieu saint des Tibétains. Des milliers de pèlerins s'y rendent pour accomplir de singuliers rituels. Principale raison de cette dévotion : la foi dans la réincarnation et dans la possibilité de combattre la souffrance humaine par la prière.

Ce troisième film de "L’Europe des écrivains" accueille un auteur unique et rare, Martin Amis, réputé pour ses romans caustiques dans lesquels il dissèque au scalpel notre monde contemporain. Fils de l’écrivain Kingsley Amis, lui-même observateur acéré de la société britannique de son temps, l’auteur de La veuve enceinte, La flèche du temps ou London fields explore son sentiment d’appartenance à l’insularité anglaise, empreinte de "fierté tranquille" mais aussi d’ironie. Il décrit un pays traumatisé par la perte de son empire colonial et de son influence internationale, une culture forte transformée par la certitude collective du déclin.

Grâce à des trésors puisés dans les archives cinématographiques du British Film Institute et de la BBC, à d’anciennes publicités ou sketches, et à des images tournées tout spécialement, le documentaire se penche sur les raisons profondes, selon Martin Amis, du dépérissement de son pays : outre le "climat de masochistes", une fascination chronique pour la royauté, une fixation sur les classes sociales, "un problème avec le plaisir", nourrissant une violence sous-jacente ? celle qui explose dans les stades peuplés de hooligans ou dans la beuverie, passe-temps national largement partagé. Mais la retenue, le fair-play et le sens de l’honneur restent tout aussi anglais, rappelle Martin Amis, que la vulgarité bariolée des tabloïds... Une promenade paradoxale, entre nostalgie et amusement, qui s’achève, entre autres citations évocatrices, sur la splendide ballade de PJ Harvey, "The last living rose".

Commenter cet article