TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mercredi 13 novembre 2013 à 22 heures 35, un volet de la série documentaire "L'Europe des écrivains".

L-Italie-d-Erri-de-Luca-et-Claudio-Magris.jpg

© Les Poissons Volants


Cette collection documentaire explore les pays européens par le prisme de leurs auteurs. Cette semaine, c'est l'Italie racontée par deux de ses plus grands écrivains contemporains : Erri de Luca et Claudio Magris, issus d'horizons radicalement différents.


L’Italie d'Erri de Luca et Claudio Magris

Tracer le portrait d'un pays européen, revisiter son histoire et ses enjeux actuels à travers les témoignages et les écrits de ses auteurs, tel est l'objectif de cette nouvelle collection documentaire d'ARTE. Cet épisode nous présente deux écrivains majeurs de la littérature italienne, Erri de Luca et Claudio Magris, issus d'horizons radicalement différents. L’un est un ancien militant d’extrême gauche originaire de Naples, l’autre un élu social-démocrate qui vit et écrit à Trieste. Chacun d'eux nous livre son regard sur l'Italie, son histoire et ses enjeux actuels.

Syntaxe sensuelle

Bien loin du clivage entre Italie du Sud et du Nord, l’auteur de Montedidio et celui de Microcosmes dévident leurs souvenirs et évoquent les épisodes marquants de l'histoire transalpine : le fascisme, les années de plomb, la honte des années Berlusconi… Au-delà de leurs engagements politiques toujours bien ancrés dans l’actualité (au point qu’Erri de Luca voit l’Italie comme "une occasion perpétuellement gâchée"), ce documentaire montre surtout comment les couleurs, les sonorités et les lumières italiennes ont imprégné la sensibilité de ces deux écrivains, ont modelé leur perception de la langue, des dialectes… "Ma syntaxe sentimentale et sensuelle est méridionale et marine", reconnaît Claudio Magris. Au fil de leurs témoignages complétés de reportages, d'images d'archives et d'extraits de films classiques italiens (du Fellini Roma au Médée de Pasolini), ce documentaire explore ainsi les contradictions de la culture italienne, dans laquelle la défiance côtoie le sentiment d'appartenance nationale.

Commenter cet article