TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, dimanche 13 octobre 2013 à 23 heures 15, le film réalisé par Patrice Chereau "L'homme blessé".

L-homme-blesse.jpg

© Telefilm Essen


Imaginée par Patrice Chéreau et Hervé Guibert, la passion dévastatrice de Henri, 18 ans, pour Jean, de quinze ans son aîné... Un film cru, violent, bouleversant. Diffusé en hommage à Patrice Chéreau, disparu le 7 octobre 2013 à l'âge de 68 ans.


En plein été, dans une ville de province. Henri, 18 ans, plutôt mal dans sa peau, accompagne avec ses parents sa sœur qui part en vacances. Arrivés à la gare en avance, ils s’installent dans la salle d’attente. Là, Henri se sent dévisagé par un gros homme d’une cinquantaine d’années. Il sort sur le quai, mais l’homme le suit de façon insistante, poussant Henri à déambuler dans les couloirs pour tenter de lui échapper. Sans y prendre garde, il se retrouve aux toilettes, où quelqu’un tient la porte d’une cabine et brutalise un homme âgé. L’agresseur, c’est Jean, avec qui Henri a échangé quelques mots un instant auparavant. Jean, violent, tente de faire fuir Henri. Ce dernier est bouleversé, foudroyé par une douce maladie, pétrifié par l’assurance et la virilité de Jean… Soudain, Jean embrasse fougueusement Henri puis le force à frapper l’homme à terre et à lui faire les poches. Le jeune homme se débat puis finalement cède. Mais Jean disparaît alors. Henri ne va plus cesser de le chercher…

Mise à nu

L’homme blessé est le troisième long métrage de Patrice Chéreau. Il considère cependant qu’il s’agit de sa première mise en scène cinématographique, peut-être parce que c’est un film très personnel, très abouti. Patrice Chéreau et Hervé Guibert ont mis six ans pour écrire le scénario, histoire pessimiste et troublante d’une passion mise à nu – qu’elle soit homosexuelle ne change rien à l’affaire. Sous l’emprise de Jean, Henri connaît le désir, la peur, la solitude, la désespérance. Jean-Hugues Anglade, dont c’est le premier rôle au cinéma après cinq années sur les planches, est bouleversant. Il donne à Henri une dimension dramatique extraordinaire. Vittorio Mezzogiorno (Jean) jongle entre brutalité et tendresse, provoquant attirance et répugnance. De hall de gare en pissotière, leur histoire d’amour et de haine, de sexe et de trahison, est véhiculée par des images crues, par des mots violents. Mais Henri et Jean, dans leur vérité et leur détresse, inspirent la compassion, l’attachement. Un film poignant.

Avec : Jean-Hugues Anglade, Vittorio Mezzogiorno, Roland Bertin, Lisa Kreuzer, Armin Mueller-Stahl, Annick Alane, Claude Berri

Commenter cet article