TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, dimanche 16 février 2014 à 20 heures 45, le film réalisé par Jean Renoir "La grande illusion".

La-grande-illusion.jpg


Pendant la Première Guerre mondiale, un groupe de prisonniers français prépare une évasion... Signé Jean Renoir et servi par une distribution impeccable (Pierre Fresnay, Jean Gabin, Erich Von Stroheim), un chef-d’oeuvre généreux, humaniste et universel.


Au cours de la Première Guerre mondiale, l’avion du capitaine de Boïeldieu et du lieutenant Maréchal est abattu par celui de l’officier allemand von Rauffenstein. Internés dans un camp de prisonniers, les aviateurs français sympathisent avec quelques compagnons d’infortune qui échafaudent un plan d’évasion. Mais ils sont transférés dans une prison-forteresse commandée par von Rauffenstein. Un profond respect s’établit entre de Boïeldieu et von Rauffenstein, tous deux d’origine aristocratique...

Gabin vs Stroheim

Magnifique parabole pacifiste, La grande illusion montre comment les affinités sociales se manifestent malgré les barrières nationales. “La peinture de ce milieu me permettait d’insister sur une théorie qui m’a toujours été chère, confiait Jean Renoir. Les hommes ne se divisent pas en nations, mais peut-être en catégories de travail. C’est ce que l’on fait qui est notre véritable nation.” Sans pour autant réaliser un film antimilitariste (la grandeur des armes, la fraternité guerrière et la dignité des soldats sont magnifiées), le cinéaste distille un bouleversant message humaniste. Voilà sans doute le film le plus populaire et le plus mythique de l’imposante filmographie de Renoir – même si certains lui préfèrent La règle du jeu. Réalisé un an après Les bas-fonds qui marquaient sa première collaboration avec Jean Gabin – elle se poursuivra avec La bête humaine (1938) puis French cancan (1954) –, La grande illusion s’inscrit dans l’époque la plus féconde de Renoir. Une période pendant laquelle son œuvre est particulièrement influencée par le réalisme. “Je suis un homme du XIXe siècle et j’ai besoin de l’observation comme point de départ”, avouait-il. Accueilli triomphalement par le public et considéré comme un film de gauche, La grande illusion fut mis à l’index par Hitler et Mussolini. Ce chef-d’œuvre n’a pas pris une ride, ni sur le fond ni sur la forme.

Avec : Jean Gabin, Dita Parlo, Pierre Fresnay, Erich Von Stroheim, Marcel Dalio, Julien Carette, Gaston Modot, Jean Dasté, Georges Peclet, Jacques Becker

Commenter cet article