TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, vendredi 25 avril 2014 à 23 heures 00, le documentaire réalisé par Manon Loizeau et Alexis Marant "La malédiction de naître fille".

La-malediction-de-naitre-fille.jpg


Il manquerait en Asie plus de cent millions de petites filles, qu'on n'a pas laissées naître ou pas laissées vivre. C'est la conséquence tragique de plusieurs siècles d'infanticides de bébés filles, auxquels s'ajoutent aujourd'hui des millions d'avortements sélectifs rendus possibles par la généralisation de l'échographie. Manon Loizeau et Alexis Marant sont partis à la recherche de ces disparues sans nom, sans visage et sans sépulture, en Inde, en Chine et au Pakistan. Ils y ont entrevu le spectre d'un monde dépourvu de femmes, où les bancs des écoles sont occupés par une écrasante majorité de garçonnets et où le mariage est devenu un privilège réservé aux plus riches. À Karachi, au Pakistan, une pauvreté grandissante cause chaque jour l'abandon de bébés filles, mortes ou vives, dans les fossés de la ville. Au Pendjab et dans l'Haryana, riches provinces du nord de l'Inde, c'est au contraire la relative prospérité qui explique le phénomène des "femmes manquantes". Car la généralisation de l'échographie, y compris dans les campagnes, et le refus des jeunes femmes éduquées de voir leur enfant subir le même destin qu'elles, ont fait exploser le nombre d'avortements sélectifs. En Chine, enfin, la "disparition" des filles est d'abord une conséquence de la politique de l'enfant unique mise en place il y a vingt ans et toujours pas remise en cause. À l'échelle du continent, il est trop tôt pour savoir si les campagnes lancées par les gouvernements, de plus en plus actifs sur la question, parviendront à enrayer la catastrophe en marche.

Femmes manquantes

Dans ce tour d'Asie aussi dense que sombre, Manon Loizeau et Alexis Marant exposent les informations essentielles de manière précise et nuancée, tout en rendant palpable la condition des hommes et des femmes rencontrés en chemin. Ils dévoilent ainsi, derrière les effarantes statistiques, le visage bouleversant d'une humanité à la dérive, avec ses victimes et ses combattants : sages-femmes, membres d'ONG, médecins qui sauvent, une à une, des milliers de petites filles. Par-delà leurs mots et leurs visages, le film accorde ainsi une dignité à ces héroïnes invisibles, celles qu'on appelle les missing women, les femmes manquantes.

Commenter cet article