TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 janvier 2014 à 00 heure 50, le documentaire réalisé par Jean-Baptiste Péretié "La revanche des geeks".

La-revanche-des-geeks.jpg


Autrefois moqués, ces intellos boutonneux sont devenus les rois du cool. Ce documentaire dissèque les moeurs des 'geeks', traités aussi de 'nerds', et narre la contre-attaque de cette confrérie futée, passée en trente ans de souffre-douleur à maître du monde.


Souvenez-vous : au collège, ils restaient entre eux, mal fagotés, l'œil binoclard et le teint boutonneux. Premiers en sciences, ils se rétamaient en sport et en drague, jouaient à des jeux compliqués et riaient nerveusement à des private jokes. Ce documentaire dissèque les mœurs des geeks, traités aussi de nerds, et narre la contre-attaque de cette confrérie futée, passée en trente ans de souffre-douleur à maître du monde. Le réalisateur a rencontré ses membres, désormais fiers de l'être, dans la Silicon Valley américaine, en France et au Japon. Ils racontent une adolescence difficile, en butte aux moqueries voire aux brimades. En réaction à cette mise à l'index, les geeks se sont forgé un univers commun.

Culture G

Spiderman, Le seigneur des anneaux, Donjons et dragons, Star wars… : loin de se limiter à l'informatique, la culture geek s'est nourrie d'un imaginaire foisonnant, grouillant de monstres et de super-héros. Le réalisateur nous propulse avec humour dans cet univers codé et montre comment, avec l'essor des nouvelles technologies et la réussite de personnalités comme Bill Gates ou Steve Jobs, il est devenu incontournable et branché. Délicieusement obsessionnel, son film, découpé en trois parties – goût de la trilogie, souvenirs de dissert ? –, arbore la panoplie du parfait nerd, de la voix rocailleuse de son narrateur (Pierre Hatet, doubleur dans Star wars, Retour vers le futur), à son esthétique kitsch : typo de calculatrice, infographie sous influence Matrix, basse résolution assumée… Un festival de références et d'autodérision potache qui titillera l'adolescent ingrat qui sommeille en chacun.

Commenter cet article